Accueil > MAGHREB-MACHREQ EN MOUVEMENT > SAHARA - SAHEL - AFRIQUE > DÉCLARATION OPPORTUNE DU FFS SUR LA GUERRE NÉOCOLONIALE AU MALI

DÉCLARATION OPPORTUNE DU FFS SUR LA GUERRE NÉOCOLONIALE AU MALI

jeudi 17 janvier 2013

L’INTERVENTION GUERRIÈRE FRANCAISE AU MALI est UNILATÉRALE, DÉLIBÉRÉE ET DANGEREUSE,
LA POSITION ALGÉRIENNE MANQUE DE COHÉRENCE :

En termes mesurés et responsables, la direction du FFS souligne le caractère aventurier de l’intervention française au Mali et déplore les contradictions et les concessions dangereuses de la diplomatie et de la direction exécutive algérienne.

SOCIALGERIE estime pour sa part que, face au grave défi des pillards de ressources stratégiques africaines et des pyromanes idéologiques qui aiguisent les conflits identitaires et les préjugés racistes, une question décisive est posée :
quel sera le degré de vigilance des peuples, des organisations militantes et des démocrates concernés ?
Comment élever la mobilisation consciente et l’unité d’action des peuples algérien, français, malien et leurs gouvernants pour faire prévaloir les solutions politiques et pacifiques, seules viables et porteuses d’avenir ?

Là se trouve l’enjeu à court et plus long terme.

(Parmi toutes les sources d’information et d’analyse, consulter notamment les sites de
La Nation en ligne,
le Quotidien d’Oran,
L’Humanité
et Algerie-infos-saoudi...)


DÉCLARATION DU FFS
SUR LA GUERRE AU MALI :

Pour le FFS, l’intervention militaire au Mali vise à établir le fait accompli d’une politique déjà ancienne dans la région

Alger, le 16 janvier 2013

L’intervention militaire de la France au Mali est, en dépit des apparences, une intervention unilatérale et délibérée.

Depuis le début de la crise malienne, deux logiques s’affrontent. Les défenseurs d’une solution politique, pour qui l’intervention armée ne pouvait constituer qu’un ultime recours, et les partisans de la logique guerrière menés par la France. Paradoxalement, chacun des deux camps se satisfaisait des résolutions des Nations Unies.

Manifestement, la France qui a pris sa décision, en soutien à un pays ami, n’a pas jugé sa proximité avec l’Algérie suffisamment amicale pour reconsidérer sa position guerrière.

On peut légitimement s’interroger sur les raisons qui ont amené le Président Hollande à entrer dans la guerre. Les raisons avancées pour justifier l’intervention auraient été mieux reçues et plus crédibles si depuis le début, la France avait montré le moindre engagement en faveur d’une dynamique politique qui donne ses chances à la paix et à une approche de reconstruction globale du Mali.

Pour le FFS cette intervention militaire vise à établir le fait accompli d’une politique déjà ancienne dans la région et, actuellement au Mali à cristalliser des rapports de force internes qui lui soient favorables.

Trop souvent, l’urgence a servi de prétexte à l’intervention étrangère. Comment ne pas se souvenir que les armes de destruction massive en Irak ou la crainte de la « chute imminente de Benghazi », avaient servi la politique du chaos.

Le FFS considère que l’intervention militaire au Mali entérine une inversion des priorités internationales et régionales telles qu’énoncées dans les résolutions des instances internationales. Ces résolutions avaient privilégié la recherche d’une solution politique, le soutien stratégique à la reconstruction globale du pays ; le volet militaire de l’approche venant en appui à ce processus politique, ou comme alternative à son échec.

En tout état de cause, le soutien international revendiqué par la France est à évaluer dans le temps et en fonction des développements ultérieurs de la situation.

Nous ne pouvons qu’être sensibles et troublés face aux incohérences de la politique étrangère de notre pays. Parti d’une position politique juste, le pouvoir algérien en est aujourd’hui à délivrer une autorisation « sans limite » de survol de notre territoire par les forces aériennes françaises. Le comble est que les Algériens l’ont appris par la voix du ministre français des affaires étrangères !

Une guerre s’installe à nos frontières, les Algériennes et les Algériens manquent cruellement d’informations sérieuses et crédibles.

Plus que jamais le Front des Forces Socialistes souligne la nécessité d’un consensus politique fort sur des options qui engagent la sécurité nationale et l’avenir du pays.

Les autorités continuent d’agir dans l’opacité ; le pire serait de voir le pays engagé dans une aventure guerrière dont les conséquences seraient dramatiques à tout point de vue.

Front des forces socialistes,
16 janvier 2013.

Ffs-dz.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)