« AFFAIRE NEZZAR « , JUSTICE OU PAS JUSTICE?

JUSTICE OU PAS JUSTICE ?

Faisant suite à un dépôt de plainte de citoyens algériens pour « tortures », la justice helvétique a interpellé et auditionné le général Khaled Nezzar qui séjournait en Suisse. Des « citoyens » algériens indignés ont cru bon, alors, faire figurer leurs noms au bas d’une pétition qui dénonce « de tels propos et agissements comme attentatoires à la souveraineté algérienne et au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat ».

Il est aisé de remarquer que ces signataires sont en majorité des sénateurs, des députés et des cadres de la nomenklatura. Donc des « citoyens » pas tout à fait comme les autres, ces sujets ordinaires équarrissables à merci dans les commissariats de police ou les casernes de la SM. La présence dans cette liste de commensaux qui bâfrent à la mangeoire du diable -sans même s’être munis de longues fourchettes- n’a donc rien que de très normal. Quand le maître commande, les laquais s’exécutent.

Cela n’empêche pas de poser quelques questions à certains d’entre eux, ceux dont la présence sur cette liste est particulièrement indécente. À Me Miloud Brahimi, par exemple, qui signe en qualité de « fondateur de la Ladh » et qui n’a pas eu un mot, en son temps, pour exiger que la vérité soit dite sur l’assassinat de son collègue et successeur à la tête de la Ladh, Me Youcef Fethallah.

À Rachid Boudjedra, écrivain et ancien SG de la Ladh, qui n’a pas eu mot pour exiger que la lumière soit faite sur l’assassinat de cet autre écrivain et militant actif et non sélectif des droits civils, Abdelkader Alloula. Alloula qui invitait systématiquement le représentant du Fis, à l’égal des autres partis, à participer aux débats de la Ligue sur les droits civils et politiques -invitations auxquelles le Fis répondait par un non borné et catégorique; Alloula qui était un des très rares hommes à avoir le courage de rendre visite au docteur Med-Seghir Nakkache et à son épouse, alors que le couple était persécuté et terrorisé par la SM. Cette dernière s’en prenait plus encore à la femme de Nekkache, une Suédoise, en faisant publier par leurs valets de la presse des articles ignobles sur elle.

Quand on n’a pas le courage d’un Fethallah ou d’un Alloula, on peut encore se taire et se terrer mais pas plastronner en étalant ses lettres de noblesse. (Lesquelles, d’ailleurs ?)

Allons plus loin. Les pétitionnaires écrivent: « Estiment dérisoire d’attribuer un acte de torture à un ministre de la Défense alors qu’il est évident qu’en période de troubles si dépassements, violences ou même tortures il y a, ces actions… sont inhérentes à des situations extrêmes … » Que disaient donc Massu, Aussaresses, Bigeard, Trinquier, Godard… ? Le plus fort est que parmi ces signataires qui tiennent ce langage de parachutistes, il y a des anciens de la guerre d’indépendance (la libération est encore en attente) qui n’ont pas de mots assez durs pour stigmatiser les tortionnaires de l’armée coloniale.

Allons encore plus loin. Les signataires «en appellent aux responsables de l’Etat Algérien pour prendre toutes mesures dictées par les circonstances et prier le gouvernement de la Confédération Helvétique d’agir dans les délais opportuns, pour mettre un terme à une procédure que ne justifient ni la réalité des faits invoqués, ni les principes du droit international. » Donc, les soussignés veulent que leur État demande à l’État suisse de rappeler à l’ordre la justice suisse et de lui intimer l’ordre d’abandonner la procédure. On ne sait pas s’il faut rire ou pleurer de la monstrueuse stupidité d’une pareille demande : les signataires s’imaginent que toutes les justices du monde sont à l’image de celle d’Algérie ! Dire qu’il y a une cohorte de bâtonniers, de juristes, de magistrats, de ministres et même celle du FONDATEUR de la Ladh soi-même !, parmi les signataires de cette incroyable pétition !

Encore un cran plus loin (ou plus bas si l’on veut). Cette demande, qui restera dans les annales de la bêtise musclée, est faite au nom du droit international. Donc et au final, les signataires demandent au pouvoir équarrisseur qui saigne -dans tous les sens du terme- leur pays de faire pression, au nom du droit international, sur le gouvernement d’un pays tiers afin qu’il empêche une procédure justement permise par le droit international, de prospérer. Confondant !

Cet illogisme n’a qu’une explication rationnelle : la panique qui a saisi les supplétifs quand un petit juge a fait vaciller le maître tout-puissant. Alors, la question inévitable et terrifiante s’est imposée à eux : si le système tombe, quel sera alors notre sort, nous qui avons joué aux pousse-au-crime pour un plat de lentilles ?

Vendredi 6 janvier 2012

Chronique de la guerre des lâches (7)

par Chiricahua, 6 décembre 2011. Chiricahua-Overblog

http://www.lexpressiondz.com/actualite/145411-petition-en-faveur-du-general-khaled-nezzar.html

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.