SILENCE À L’HISTOIRE, VIVE LA PENSÉE UNIQUE!

pdf-3.jpg

Ecrit par Sadek Hadjerès en mai 1995″ dans le quotidien Le Matin »

(en réaction à une suite d’articles publiés sous la plume de l’universitaire Mahfoud Bennoune)

Voudrait-on situer l’honneur de l’Algérie dans le silence de la pensée
unique et sa fierté dans les vieilles méthodes caporalisatrices?

C’est ce que pourrait laisser croire un article-fleuve qui pendant cinq jours
a confondu, bien qu’il émane d’un gradé universitaire, la saine et souhaitable
critique scientifique avec des règlements de compte personnels ou partisans.
Dans ce cas, l’historien et patriote Mohammed Harbi a été pris comme cible et
désigné en termes d’une rare virulence comme  » le dénigreur de la révolution
algérienne ».

Les observateurs même peu attentifs de la scène politique algérienne,
quelle que soit leur opinion sur les points de vue de cet historien respecté au
moins pour l’ampleur de ses travaux, ont vite compris qu’il ne s’agissait plus
d’une discussion sur la façon d’écrire ou concevoir l’Histoire. J’ai cru en vérité
me retrouver cinquante ans en arrière, tant…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.