L’HÉGÉMONISME des USA, TIRAILLÉ ENTRE deux VISIONS STRATÉGIQUES:

Cliche_2009-10-01_20-17-39.jpg

« Que doit faire Ahmadinejad pour recevoir le prix Nobel? »

INTERVIEW DE MOHAMED HASSAN, PAR MICHEL COLLON ET GRÉGOIRE LALIEU –

dans la SÉRIE «COMPRENDRE LE MONDE MUSULMAN»: L’IRAN (extraits)

(à confronter aussi avec l’analyse de Sadek Hadjeres de juin 2003, mise en ligne aujourd’hui sur le site « www.socialgerie.net », dont un extrait significatif est donné ci-dessous, après la citation de l’interview de Mohamed Hassan).

« … Question: Il y a quelques jours, Zbigniew Brzezinski, le conseiller d’Obama, a déclaré que si Israël attaquait l’Iran, les Etats-Unis devraient intercepter ses bombardiers. N’est-ce pas surprenant ?

M. Hassan: Brzezinski constate que les Etats-Unis ont été gravement affaiblis sur le plan économique et militaire pour deux raisons. Tout d’abord, les néoconservateurs, quand ils sont arrivés au pouvoir, ont utilisé le 11 septembre comme prétexte pour faire la guerre et ont transformé l’ensemble du monde musulman en ennemi. C’était totalement fou et contre-productif pour les Etats-Unis. De plus, l’invasion de l’Irak était une lourde erreur : elle n’a pas renforcé les Etats-Unis, mais les a plongés dans de sérieux problèmes.

Dans ce contexte, Brzezinski essaie de trouver des solutions tout en gardant à l’esprit que l’objectif le plus important pour son pays est de contenir le développement de son principal rival : la Chine. Une partie de la solution consiste à renforcer l’Otan, car cette institution peut apporter une réponse aux problèmes de l’Occident en général et des Etats-Unis en particulier. C’est d’ailleurs pour cette raison que Brezinski a approuvé la proposition de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de la France de tenir une nouvelle conférence internationale sur l’Afghanistan : il est primordial que l’Otan ne connaisse pas une défaite afghane comme en ont connue les Soviétiques car l’Otan est la seule clé qui permettra aux Etats-Unis de jouer un nouveau rôle important dans le monde.

Une autre partie de la solution repose sur de nouveaux partenariats pour construire une alliance plus forte contre la Chine. Dans cette optique, Brzezinski considère que la politique à l’égard de l’Iran en particulier, mais aussi à l’égard des autres pays musulmans et même de la Russie, ne devrait pas être agressive. Elle devrait être basée sur le dialogue et ne pas se retrouver piégée par la propagande sioniste d’Israël.

Voilà qui explique le discours d’Obama au Caire. Les Etats-Unis doivent convaincre les musulmans, les hindous et la bourgeoisie russe qu’ils ont plus d’intérêt à s’allier avec les forces occidentales plutôt qu’avec la Chine. C’est pour cela que Brzezinski a dit que la colère des pays qui avaient été considérés comme des ennemis par l’administration Bush devait maintenant être prise en considération. Ces pays devraient maintenant avoir le droit d’utiliser leurs propres ressources. Les raisons de ce changement politique sont claires : les Etats-Unis doivent empêcher ces pays de construire un autre système mondial pour les garder dans un système dominé par Washington.

Est-ce le signe que les relations entre les Etats-Unis et Israël ne sont plus si bonnes ?

M. Hassan: Tout d’abord, ce n’est pas Israël qui fait la politique aux Etats-Unis. C’est la bourgeoisie américaine qui décide. Mais c’est un fait : il existe une profonde division au sein de l’impérialisme US. Vous avez ce premier courant, arriéré, qui persiste à croire qu’ils peuvent continuer sur la voie militaire. Mais ce n’est pas réaliste : le pays va connaître un problème démographique et une confrontation militaire avec la Chine est perdue d’avance. L’autre tendance, où vous trouvez Brzezinski et Obama, sait par contre qu’il faut faire preuve de tactique et se montrer réaliste pour maintenir l’hégémonie US. Ils disent : «Nous devons connaître notre force et nos limites et travailler sur cela. Afin d’être certains que notre force ne soit pas perçue de manière négative mais positive. Notre force doit constituer une garantie pour nos partenaires.»

Les Etats-Unis ont évidemment des liens très forts avec Israël, mais l’enjeu euro-asiatique (le contrôle de l’Eurasie) est le plus important : c’est là que se décidera l’avenir de l’humanité. Brzezinski veut donc contrôler la marmite. Il sait que la température de cette marmite doit être décidée par des cuisiniers très malins, pas par des lunatiques. En effet, si la marmite déborde, ça va brûler tout le monde et les Américains seront boutés hors de la région. Voilà qui explique la déclaration de Brzezinski sur les bombardiers israéliens et le fait que pour la première fois, les Etats-Unis font des concessions et autorisent d’autres forces occidentales à venir dans le Golfe. C’est le cas par exemple de la France avec une base militaire dans les Emirats Arabes Unis. Mais cela témoigne aussi de la faiblesse dans laquelle se trouvent maintenant les Etats-Unis… »

[retrouver le texte intégral de l’interview en cliquant ici

 >http://www.michelcollon.info/index.php?view=article&catid=1&id=2288&option=com_content&Itemid=2]


Quelques lectures sur l’Iran, recommandées par Mohamed Hassan :

 The Persian Puzzle, par K. Pollack (ancien conseiller de Clinton et analyste de la CIA), Brookings Institution, 2004

 Ervand Abrahamian, Iran Between Two Revolutions, Princeton Studies, 1982

 Ervand Abrahamian, The Iranian Mojahedin, Yale University Press, 1989

 Trita Parsi , Treacherous Alliance: The Secret Dealings of Israel, Iran and the United States, Yale University Press, 2007

 Noam Chomsky, Fateful Triangle: The United States, Israel, and the Palestinians, South End Press, 1983.

 Zbigniew Brzezinski, An agenda for Nato, Foreign Affairs, septembre –octobre 2009

 Michel Collon, Quelle sera, demain la politique internationale des USA ?


EXTRAIT DE L’ANALYSE DE SADEK HADJERES EN JUIN 2003 (dans le Quotidien d’Oran,

sous le titre:

IRAK : CONTINUITE DE LA STRATEGIE HEGEMONISTE DES USA

(l’article intégral est mis en ligne sur « www.socialgerie.net »)

« …Si la menace (ndlr : contre la Corée du Nord) n’est que différée pour des raisons d’opportunité, c’est avant tout parce que dans cette zone sensible, la Chine et la Russie savent à quoi s’en tenir et que leur poids est différent de celui des voisins de l’ex-Yougoslavie ou de l’Irak. C’est l’une des raisons du rapprochement de ces deux grandes puissances avec l’Europe pacifiste au sujet de l’invasion de l’Irak. Aussi pour l’instant la proie coréenne est trop coriace pour l’équipe aventuriste de G.W.Bush, que certains appellent « chicken hawks » ( les faucons pour poules), du fait qu’ils ne s’attaquent qu’aux proies faciles, et que leur courte vue ne s’inquiète pas des conséquences à plus long terme. En quoi ils sont différents des « faucons de race » du genre des Bush père, Brzezinski, Kissinger et autres, censés avoir une vue perçante des intérêts US, plus lointains et plus globaux que les profits immédiats du complexe militaro-industriel dont ils sont pourtant partie prenante….