ALI BOUMENDJEL, Une affaire française. Une histoire algérienne

Ali Boumendjel  un homme dans son temps
En mars 1957, la presse annonce la mort d’un « petit avocat musulman »:

« Qui a tué Maître Boumendjel » titre France-Observateur.

On s’interroge sur un faux suicide.

Mais que faisait donc ce « modéré » entre les mains des « paras ».

Pourquoi a-t-il été assassiné, comme le reconnaîtra le général Aussaresses dans ses mémoires en 2001.

L’homme était un militant de l’Union Démocratique du Manifeste Algérien (UDMA), l’organisation de Ferhat Abbas. Son parti, perçu comme modéré, bourgeois, francophone et intellectuel a été gommé de l’histoire officielle algérienne et largement ignoré par les historiographies française et algérienne. Au moment de son arrestation, Boumendjel faisait le lien entre la direction de l’UDMA et la direction algéroise du FLN. Il conjuguait alors, comme il l’avait toujours fait sans complexe, la culture française avec un nationalisme algérien, républicain et démocratique. Il y a plusieurs histoires dans cette histoire : une histoire française et une histoire algérienne, celle d’une affaire qui a secoué les intellectuels français, et l’histoire d’un héros et d’un martyr. L’une et l’autre éclairent d’une lumière nouvelle les récits existants.

Au mépris qu’Aussaresses exprime à l’encontre de cet intellectuel, aux abracadabrantes explications qu’il donne de son arrestation, il est nécessaire d’opposer un travail d’historien. À l’histoire officielle algérienne, qui tente d’intégrer Ali Boumendjel parmi ses martyrs en schématisant son parcours, il importe d’opposer la richesse d’une biographie familiale, la complexité d’un engagement politique nuancé et d’un idéal à la fois algérien et républicain, partagé par nombre de nationalistes d’alors, et susceptible de trouver aujourd’hui un écho de l’autre côté de la Méditerranée.

Malika Rahal

Voir le livre de Malika Rahal sur Ali Boumendjel

Édition Les belles Lettres, date de publication prévue en septembre 2010