Sadek AISSAT : SIX ANS DÉJÀ ET TU ES PLUS QUE JAMAIS PRÉSENT

Portrait de Sadek Aïssat

Qu’ils soient jeunes travailleurs ou chômeurs, femmes assoiffées de justice et d’égalité, peuple des quartiers et des secteurs économiques déshérités, cadres et intellectuels humiliés, ils se reconnaissent aujourd’hui dans l’hommage émouvant rendu au regretté SADEK AISSAT par ses camarades de lutte, à travers les messages qu’ils ont fait parvenir à « Socialgérie » pour le sixième anniversaire de sa disparition.

Il est bien passé, le temps où les luttes courageuses et responsables de ces camarades au cœur des couches populaires étaient diabolisées par ceux qui ont tout fait pour faire dérailler le mouvement démocratique et social, et notamment le PAGS, de leur mission autonome originelle de défense des intérêts immédiats et futurs des exploités et de la nation, pris dans la tenaille néfaste et conjuguée des ultra-intégristes islamistes et des clans oligarchiques au pouvoir.

« Socialgerie » a déjà eu l’occasion d’illustrer en partie quelques unes des prises de position courageuses et lucides de Sadek Aïssat et d’autres camarades, ainsi que les méthodes inqualifiables qui furent utilisées contre eux et leurs familles pour les faire taire et neutraliser leurs lucides efforts et mises en garde (*).

Les témoignages et documents qui nous parviennent continueront à édifier les nouvelles générations militantes sur la noblesse des luttes de ces précurseurs et les obstacles qu’elles auront à déjouer.


(*): voir entre autres l’article 151 de socialgerie: JUILLET 1990, DANS UN CLIMAT DE CONFUSIONS ENTRETENUES – “SADEK AISSAT, SON APPROCHE SOCIALE ET DÉMOCRATIQUE” – COURAGE POLITIQUE CONTRE HÉGÉMONISMES DE TOUS BORDS, mis en ligne le 17 janvier 2010,

ainsi que l’article 218: SUR LA PENTE GLISSANTE DE LA DÉSINTÉGRATION – “PAGS, ASSEMBLÉE D’AOÛT 1990: UN DES DOCUMENTS DIABOLISÉS” – ILS AVAIENT TENTÉ EN VAIN DE S’EXPRIMER …, mis en ligne le 15 mars 2010


À TOI NOTRE AMI

ET DÉVOUÉ SADEK

Portrait de Sadek Aïssat

Portrait de Sadek Aïssat

– Collage – 130 cm x 95 cm

Mustapha Boutadjine

par Abdelghani KAYOUCHE

Comment te raconter SADEK ?

Nous tremblons devant ces escaliers chargés de souvenirs de toi.

Pas à pas, nous les montons pour ne rien oublier de toi.

Écoutez amis d’hier et d’aujourd’hui, ce violent sauvage commencer sa litanie.

Devant nos lèvres brisées, il nous faut des mots fracassants de joie et de douleur pour parler de toi Sadek.

6 janvier 2005 – 6 janvier 2011 ; 6 ans déjà et tu es toujours présent:

Hier seulement, tu nous chantais Marcel Khalifa «djaouaz el safer›› juste avant l’assemblé générale de la wilaya d’Alger à sidi Ferruch; quelques minutes avant le tremblement de terre qui ravagea “El Asnam” Le 10 octobre 1980.

Quelques heures t’ont suffit pour mobiliser toute une jeunesse afin de porter secours à la population d’El Asnam.

Juste avant, tu avais réuni les jeunes de Diar El Kef pour discuter des problèmes de leur quartier et d’éventuelles taches qu’on devait entreprendre pour améliorer le quotidien des habitants rongés par la pauvreté, terrés depuis des années entre les murs insalubres de la misère.

Maintes et maintes fois, Tu nous reprochais de ne pas être très souvent à l’écoute des masses populaires, tu nous a appris à écouter pour apprendre et comprendre l’Algérie profonde.

Tu as été notre école, nous nous accrochions à tes mots pour apprendre à mieux servir notre pays, nous nous accrochions à tes rêves pour trouver la force de continuer notre combat.

Nous devenions efficaces chaque jour parce que tu étais là tous les jours; Tu nous as forgés par ton sérieux, ton dévouement tes éclairages politique.

Avec toi, rien n’a été laissé au hasard pour contrecarrer dans les quartiers, les cités populaires et les bidonvilles, les bâtisseurs de ruines qui étouffaient la colère du peuple pour piller la richesse de notre pays afin que le pain, le sel, le soleil et le bonheur n’appartiennent qu’à eux et qu’ils ne soient jamais partagés avec le peuple qui a écrit l’histoire de ce pays avec son courage et son sang.

Toi Sadek, tu fus l’élu d’une jeunesse qui rêvait de lumières, de progrès et de socialisme, tu fus le compagnon, le frère de lutte, le conseiller des jeunes de toute l’Algérie et même des jeunes de banlieue parisienne. l’artiste, le comédien du Théâtre de la rue d’El Harrach, l’homme au mandole de l’association Essendoussia, le poète et le fils du poète, le journaliste et le chroniqueur du «Café-mort» et enfin l’écrivain avec déjà plusieurs titres:

«Je fais comme fait dans la mer le nageur »

«La cité du précipice »

«Algérie : une guerre à la société»

«L’année des chiens».

Toi Sadek tu as toujours été au cœur des combats les plus justes, car l’Algérie fut la prunelle de tes yeux et son peuple l’essence même qui te donnait le courage de continuer à barricader tout ce qui limitait l’espoir d’une vie meilleur en Algérie.

Tu es parti et nous sommes là aujourd’hui pour perpétuer ton combat en fonction des moyens dont nous disposons; dans des associations, dans nos écoles, dans nos rues dans nos quartiers, dans nos cités dans nos lieux de travail et même dans nos familles.

Tu es parti et nous sommes là aujourd’hui avec ton absence et nous ne pouvons qu’évoquer les souvenirs de notre combat à tes cotés pour taire notre douleur.

Tu n’es plus là mais tu resteras pour toujours ce bâtisseur d’espoir pour des milliers de jeunes parce que tu savais donner des ailes aux mots simples; aux mots vrais qui font que les mots ne seront plus que des mots mais des armes contre les bâtisseurs de ruines et les affameurs des peuples.

Tu es et tu resteras ce que l’Algérie à produit de meilleur.

On voulait tout simplement te dire que ton visage, ton sourire ta poésie resteront près de nous, pour nous guider, nous apprendre à devenir meilleur chaque jour pour défendre ta plus grande et la plus belle histoire d’amour: l’Algérie.

« L’ALGERIE nous bouffe ; je crois que c’est le seul pays qui bouffe ses enfants. C’est vraiment une ogresse, ce pays, et on a mal de l’aimer, on l’aime,………»

Tu l’as écrit dans cet exil qui t’a déchiré le cœur, tu es parti mais tu n’as jamais quitté l’Algérie; on ne peut pas quitter ce qui est dans le cœur.

Tu aimais réciter ce bout de lumière:

Si je ne brûle pas,

Si tu ne brûles pas

Comment les ténèbres deviendront-elles clarté ?

On ne t’oubliera jamais Sadek, tu es toujours vivant dans toutes les graines que tu as semées et qui fleuriront un jour dans l’ALGERIE de demain.

Nous ne t’oublierons jamais et la génération future cultivera tous les sacrifices que tu as su leur laisser en héritage.

Tes Amis de combat pour la vie.

RACHAD TV – 6 JANVIER – DEBAT – VISION POUR L’ACTION POLITIQUE à MENER

Rachad_TV_sigle-9.jpg

Rachad_TV_sigle-9.jpg

كونوا في موعد حصة « من الأمس إلى الغد »

الخميس 6 يناير 2011

على الساعة 19:00 بتوقيت الجزائر – 19:00 توقيت أوربا

حوار على المباشر مع حركة رشاد (مراد دهينة)

نظرة حول المساعي السياسية المقبلة

RachadTV Débat avec Rachad (M. Dhina)

Vision pour l’action politique à mener

Jeudi 6 janvier 2011, 19:00 Alger – 19:00 Europe

أرسلوا أسئلتكم مسبقا على العنوان التالي

rachad_tv_4-5.jpg

1 – www.rachad.tv

2 – http://www.livestream.com/rachadtv

3 – www.ustream.tv/channel/rachad-tv

كما يمكن المشاركة في الحصص المفتوحة للحوار بالاتصال:

1 – التلفوني على الرقم : 00442031293081

2 – على حساب rachadtv على Skype

Aussi sur youtube :

http://www.youtube.com/rachadtv

et

http://www.youtube.com/yourachad

JEUDI 6 JANVIER 2011: JOURNÉE INTERNATIONALE DE SOLIDARITÉ AVEC LES LUTTES DU PEUPLE TUNISIEN

PARIS

JEUDI 6 JANVIER 2011

JOURNÉE INTERNATIONALE DE SOUTIEN AUX LUTTES POPULAIRES TUNISIENNES

RASSEMBLEMENT : 18 HEURES

PLACE de la FONTAINE DES INNOCENTS

(Près du métro Châtelet / les Halles, ligne 4 ou RER A)


ALGER

Le syndicat SNAPAP

(23 rue boualem zeriat Belfort El-Harrach ALGER

Télé Fax: 021 52 03 72

Email: snapap-_snata@yahoo.com www.maisondessyndicats-dz.com )

organise le Jeudi 6 Janvier 2011

une rencontre syndicale dans son siège à la maison des syndicats

et une délégation à l’Ambassadeur de Tunisie à Alger,

pour remettre une lettre de protestation.


BRUXELLES

Réunion de Solidarité avec le peuple tunisien

ce jeudi 6 janvier à 18h

Au centre International

171, Boulevard Maurice Lemonnier 1000 Bruxelles


GENEVE

Rassemblement Place Molard

Jeudi 6 janvier 2011 à 18h00.

Pour plus d’ info : *** +41787737390 ***

Email : cspt-suisse@hotmail.ch

Comité de soutien aux manifestants en Tunisie :

Jalel Matri , Mohamed Jribi, Ismael Elkout et Anouar Gharbi


MONTREAL

Le 6 janvier 2011,

devant le Consulat de Tunisie à Montréal

à 17:30

Adresse: devant le Consulat de Tunisie à Montréal

situé au 1255 University (Station McGill)

Le Collectif : solidaritesidibouzidmontreal@gmail.com


QUEBEC

Le 6 janvier 2011,

devant la Société Radio-Canada (Québec)

à 17:30

Adresse: Société Radio-Canada

888, rue Saint-Jean Québec (Québec)

G1R 5H6 angle rue St-Jean et Duffrein

Collectif de solidarité au Canada avec les luttes sociales en Tunisie

Contact: Mohammed Ali: masaidane@gmail.com Karima; kbenkhalfallah@yahoo.ca


NAPLES

Solidarietà con il popolo represso Tunisino Italie

jeudi 6 janvier • 18:00 – 20:30

Cinema Occupato Astra proiezioni videodiffusione

materiale interverranno: Marzouk Mejri Naser Jalel

Contact zonegrise@yahoo.fr Tél. France +33 (0)6 87 75 74 84


FRANCE


LILLE

PLACE Général DE GAULLE

JEUDI 6 JANVIER 2011 à 18 h.

Premiers signataires : ATNF, FTCR, CSP 59, Collectif Afrique(CA), Cordillera

Contact : Tel : 0674387236 atnf@wanadoo.fr


LYON

RASSEMBLEMENT

JEUDI 6 JANVIER 2011, à 12H 30,

DEVANT LE CONSULAT DE TUNISIE à LYON
8 4, avenue du Maréchal Foch 69453 Lyon

signataires :

AGIR ensemble pour les Droits de l’Homme,

Ligue des Droits de l’Homme,

Fédération des Tunisiens pour la Citoyenneté des deux Rives (FTCR)

,
_____________________________________________

NANTES

le Collectif Nantais de Soutien aux Tunisien-ne-s de Redeyef

se rassembler jeudi 6 janvier,

Manifestation samedi 8 janvier.


VENDREDI 7 JANVIER – ATELIERS VARAN – HOMMAGE à JEAN SENAC

jean_senac.jpg

jean_senac.jpg

Le vendredi 7 janvier

De 16h à 23h

Ateliers VARAN

6 impasse Mont-Louis

75011 Paris

Métro Philippe-Auguste

16h-23h

Exposition éphémère

«Peintres amis de Jean Sénac»

Œuvres de Laghouati, Martinez, Nacib, Tibouchi, Yahiaoui,

16h-17h30

Table ronde « Jean Sénac : l’oeuvre-vie »

Christiane Chaulet-Achour, Majid Kaouah,
Bernard Mazo, Hamid Nacer-Khodja
Marie Virolle

17h30

Projection du film «Le forgeron du soleil»

en présence du réalisateur : Ali Akika

18h30-19h30

Cénacle « Peinture et poésie »

Mohamed Aksouh, Djo-Art, Abdelhamid
Laghouati, Denis Martinez, Hamid
Tibouchi, Kamel Yahiaoui

19h30

Lectures de textes de Jean Sénac

par Lila Aïssaoui et Dominique Le Boucher

Extraits de « Pour une terre possible » (Marsa, 1998)

et de « Proses inédites » (Marsa, 2009)

20h

Cocktail

21h

Projection du film « Le soleil assassiné »,

avec Charles Berling, en présence du réalisateur: Abdelkrim Bahloul


Organisé par la revue “Algérie Littérature / Action”

et “MARSA Éditions”

jean_senac_1-3.jpg jean_senac_2-2.jpg


Pour accéder à l’invitation, cliquer ici: …


“RUSSIA TODAY” CONSACRE SON ÉMISSION « PANORAMA » DU 28 DECEMBRE 2010 À L’ASSASSINAT DE RAFIK HARIRI

rUSSIA_TODAY.jpg

rUSSIA_TODAY.jpg
“RUSSIA TODAY” a consacré son émission “Panorama” du 28 décembre 2010 à l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafik al-Hariri.

rUSSIA_TODAY_9.jpg
Les intervenants ont souligné le sérieux de l’enquête menée par le réseau Voltaire, et publiée dans la revue Odnako du 29 novembre 2010,

ainsi que la nécessité pour le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) d’y répondre.

Surtout, ils ont observé que la politisation du TSL n’était pas sans rappeler celle du Tribunal pour l’ex-Yougoslavie …

Pour lire la suite cliquer sur le lien:

http://www.voltairenet.org/article167916.html


Lire aussi l’article de Thierry Meyssan:

“RÉVÉLATIONS SUR L’ASSASSINAT DE RAFIQ HARIRI”

rUSSIA_TODAY_4.jpg
publié dans la revue russe ODNAKO le 29 Novembre 2010,

et mis en ligne en français par le Réseau Voltaire (article 167550):

29 NOVEMBRE 2010

Depuis

Moscou (Russie)

Les multiples conflits du Proche-Orient se cristallisent désormais autour du Tribunal spécial pour le Liban (TSL). La paix et la guerre dépendent de lui. Pour les uns, il doit permettre de démanteler le Hezbollah, de soumettre la Résistance et d’instaurer la Pax Americana. Pour les autres, il bafoue le droit et la vérité pour assurer le triomphe d’un nouvel ordre colonial dans la région.
Ce tribunal a été créé, le 30 mai 2007, par la Résolution 1757 du Conseil de sécurité pour juger les commanditaires supposés de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri…

Pour accéder à l’article complet, cliquer sur le lien:

http://www.voltairenet.org/article167550.html

Il est possible aussi d’accéder à l’article en format pdf téléchargeable, en cliquant ici…

LES VŒUX DE RÉSISTANCE DE STÉPHANE HESSEL, ET L’OPINION D’UN LECTEUR DE SOCIALGERIE

stephane_hessel_2.jpg

« Socialgerie.net » s’associe volontiers aux voeux et à l’appel d’un citoyen du monde respecté pour la force et la sincérité de son engagement en faveur des droits des peuples.

Que les capacités à s’indigner, auxquelles il appelle face aux immenses risques accumulés et générés par l’injustice du monde, se prolongent donc dans les orientations, les rassemblements, les mobilisations sociales et politiques vigoureuses et responsables.

Que les indignations convergent et se muent en un courant puissant qui balaiera les obstacles en évitant les explosions sans lendemain, les dévoiements et nouvelles résignations sur lesquelles comptent les forces d’exploitation, d’oppression et de division.

Honneur à tous ceux qui, comme Stéphane Hessel, en montrent l’urgence, à contre-courant des grandes pressions médiatiques.


À 93 ans, Stéphane Hessel est le plus jeune d’entre nous par la vitalité de son engagement et sa force d’espérance.

Né à Berlin en 1917, immigré en France en 1925, naturalisé en 1937, prisonnier évadé en 1940, il rejoint le général de Gaulle à Londres en 1941. Résistant, agent de liaison au BCRA, il est arrêté en France en 1944, puis déporté, notamment au camp de Dora, où il échappera de justesse à la pendaison.

Diplomate à partir de 1945, ambassadeur de France, il fera de la question des droits de l’homme son combat sans partage ni relâche, comme l’illustre son ferme engagement pour la cause palestinienne.

En cette fin d’année 2010, Stéphane Hessel est unanimement célébré comme une sorte d’incarnation de l’exact contraire de cette basse époque que symbolise le sarkozysme. Reprise de son appel lancé lors de la cérémonie annuellement organisée par Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui au plateau des Glières, haut lieu de la résistance et de son martyr, l’exceptionnel succès de librairie
d’Indignez-vous! est à lui seul un chaleureux signe d’espoir en cette froidure hivernale.


stephane_hessel_2.jpg

Mes chers compatriotes,

La première décennie de notre siècle s’achève aujourd’hui sur un échec. Un échec pénible pour la France; un échec grave pour l’Europe; un échec inquiétant pour la société mondiale.

Souvenez-vous des objectifs du millénaire pour le développement, proclamés en 2000 par la Conférence mondiale des Nations Unies. On se proposait de diviser par deux en quinze ans le nombre des pauvres dans le monde. À la même date, on entamait une nouvelle négociation pour mettre un terme au conflit vieux de trente ans du Proche Orient – les Palestiniens auraient droit à un Etat sous deux ans. Echec sur toute la ligne! Une plus équitable répartition entre tous des biens communs essentiels que sont l’eau, l’air la terre et la lumière? Elle a plutôt régressé, avec plus de très riches et plus de très très pauvres que jamais.

Les motifs d’indignation sont donc nombreux. Ce petit livre Indignez-vous! – qui a eu un extraordinaire succès auprès des parents, et plus encore de leurs enfants, auxquels il s’adresse –, c’est quelque chose qui me touche profondément.

De quoi faut-il donc que ces jeunes s’indignent aujourd’hui? Je dirais d’abord de la complicité entre pouvoirs politiques et pouvoirs économiques et financiers.

Ceux-ci bien organisés sur le plan mondial pour satisfaire la cupidité et l’avidité de quelques-uns de leurs dirigeants; ceux-là divisés et incapables de s’entendre pour maîtriser l’économie au bénéfice des peuples, même s’ils ont à leur disposition la première organisation vraiment mondiale de l’histoire, ces Nations Unies auxquelles pourraient être confiées d’un commun accord l’autorité et les forces nécessaires pour porter remède à ce qui va mal.

Au moins nous reste-t-il une conquête démocratique essentielle, résultant de deux siècles de lutte citoyenne. Elle nous permet de revendiquer le droit de choisir pour nous diriger des femmes et des hommes ayant une vision claire et enthousiasmante de ce que la deuxième décennie qui s’ouvre demain peut et doit obtenir.

Voilà la tâche que je propose à tous ceux qui m’écoutent. Qu’ils prennent appui sur les auteurs courageux qui se sont exprimés ces derniers mois, sur Susan George et son beau livre Leurs crises, nos solutions, sur Edgar Morin et son dernier tome L’Ethique, sur Claude Alphandéry et ses propositions pour une économie sociale et solidaire. Avec eux, nous savons ce qu’il est possible d’obtenir.

N’attendons pas. Résistons à un président dont les vœux ne sont plus crédibles.

Vivent les citoyens et les citoyennes qui savent résister!


Sources: Mediapart

Ami et soutien de la première heure de Mediapart, Stéphane Hessel a volontiers accepté de présenter ses vœux d’un citoyen résistant à tous «les citoyens et citoyennes qui savent résister». L’enregistrement a eu lieu en son domicile parisien, jeudi matin 30 décembre. Qu’il en soit chaleureusement remercié.

Voici donc avec un peu d’avance des vœux de résistance, en quelque sorte nos contre-vœux avant ceux que prononcera, vendredi 31 décembre 2010 au soir, un président aussi discrédité qu’inaudible.

Leur texte est en-dessous de la vidéo, et tous deux sont en accès libre.

N’hésitez donc pas à les faire circuler, à les envoyer à vos proches et à vos amis, à les transformer en une grande vague d’espérance face à l’inquiétude.


Lire Aussi

Stéphane Hessel: «C’est en s’engageant qu’on devient Homme»

Stéphane Hessel: «La solution des deux États, israélien et palestinien, est devenue caduque»

Stéphane Hessel par lui-même


Par ailleurs voir dans socialgerie l’article 317: “CONTRE L’ARBITRAIRE ET LES MENACES RÉPRESSIVES – SOLIDARITÉ AVEC STEPHAN HESSEL et autres défenseurs des droits palestiniens bafoués – PÉTITION DE SOUTIEN”


L’OPINION D’UN LECTEUR

adressée à SOCIALGERIE LE 13 JANVIER 2011:

Sur: «Indignez-vous!» de Stéphane HESSEL [[Stéphane Hessel, 2010, Indignez-vous!, Indigène éditions. (32 pages)]]

C’est avec un grand plaisir que nous avons parcouru cet opuscule de Stéphane Hessel. Il est d’une merveilleuse jeunesse, d’une grande fraîcheur. Il milite pour l’espoir et donne à espérer.

Malgré notre sympathie et le soutien que nous apportons à Stéphane Hessel pour les idées développées dans « Indignez-vous ! » , il nous semble nécessaire de marquer notre désaccord sur deux points, qui d’ailleurs nous paraissent être en contradiction avec l’argumentation et l’esprit de l’ouvrage.

D’une part, Stéphane Hessel présente comme progrès «la destruction de l’empire soviétique». Difficile de souscrire à cette opinion tant elle est énoncée à l’emporte-pièce. Ce que l’on pouvait plutôt espérer, ce dont on se serait plutôt réjoui aurait été une évolution vers une conception démocratique du socialisme et du communisme en Union Soviétique.. On aurait pu se réjouir si, de l’intérieur de l’Union Soviétique le rejet d’une dictature insensée s’était accompagné de «l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale». Ce qui n’est pas le cas, comme on le sait, de la Russie actuelle et des pays de l’ex Union Soviétique.

D’autre part, Stéphane Hessel semble bien confondre deux concepts: violence (révolutionnaire) et terrorisme.

Si, comme nous, l’auteur se réjouit de la mise à bas du colonialisme et de l’apartheid, il prône en même temps une non-violence, «moyen unique de faire cesser la violence». Assertion difficile à comprendre de la part de Stéphane Hessel. Il sait très bien, par exemple, que la conquête de l’indépendance de l’Algérie n’a pu aboutir, en partie, que par la violence, le moyen inévitable pour se débarrasser de la violence séculaire du colonialisme français, complètement sourd aux plaintes d’une misère entretenue pendant 130 années d’oppression coloniale. Grande colonisation et pouvoirs politiques de l’Etat français ont été les champions d’un aveuglement face à l’histoire.

Stéphane Hessel le sait très bien quand il parle d’exaspération – des opprimés. Mais la violence des opprimés n’est pas du terrorisme.

Le terrorisme ne l’est que quand il est infligé aux innocents.

Il est toujours rejeté par les révolutionnaires.

«Le terrorisme n’est pas efficace», dit Stéphane Hessel. Nous sommes d’accord. Et il faut même aller plus loin encore que Stéphane Hessel, qui comprend très bien la situation épouvantable imposée aux Palestiniens. Il faut aller plus loin et reconnaître objectivement que le terrorisme est le «meilleur ennemi» de l’empire du capital et du néo-libéralisme. Il lui sert d’alibi et de propagande pour couvrir ses propres méfaits d’asservissement de l’humanité.

Le terrorisme est méprisable et se laisse manipuler par les grands tenants de l’économie libérale!

Et les «indignés» de toute la terre sont-ils dupes de toutes leurs manigances?!

FILALI


6 janvier 2011: « CULTURE NUMÉRIQUE ET TRANSFORMATION SOCIALE »

espace_marx_1.jpg

espace_marx_1.jpg

“LA CULTURE COMME ENJEU POLITIQUE”

séminaire organisé conjointement

par Espaces-Marx et le PCF

Invitation à participer à la troisième rencontre sur le thème:

« CULTURE NUMÉRIQUE ET TRANSFORMATION SOCIALE ».

  • avec Marc Le Glatin

    auteur de « Internet, un séisme dans la culture » ,

    Ed de l’Attribut (2007);

    Professeur associé à l’Université de Paris VIII Saint Denis.
  • et avec la participation de Jérôme Relinger

    Animateur du collectif « Révolution numérique » du Parti communiste.

Les techniques numériques et Internet sont en passe de transformer l’économie de la culture, la création elle-même, ainsi que la relation que les publics entretiennent avec les œuvres.

La nouvelle donne offre la possibilité d’une mise en participation accrue de la population dans les champs culturel et artistique.

Mais le glissement d’une culture marchandisée vers la notion de biens communs librement échangés annonce des mutations encore plus radicales.

Ce sont des pans entiers du capitalisme de demain qui sont menacés par ce qui s’expérimente aujourd’hui au détriment des industries culturelles.

PCF.jpg

le jeudi 6 Janvier à 18h00

salle des délégations

6 rue Mathurin Moreau

75019 Paris