SALUTATIONS AUX COMMUNISTES, AUX FORCES DÉMOCRATIQUES ET AU PEUPLE FRÈRE TUNISIEN

Au PCOT (Parti Communiste Ouvrier (‘Oummal) de Tunisie)

Au Mouvement ETTAJDID

CHERES ET CHERS CAMARADES.

Je crois être fidèle au sentiment massif de joie des patriotes, démocrates et militants sociaux algériens et parmi eux les communistes, en vous adressant, ainsi qu’à toutes les forces démocratiques de Tunisie et notamment à la jeunesse, les félicitations et la gratitude que nous éprouvons.

Notre émotion est grande et nos regards tournés vers vous, depuis que votre peuple a initié la lame de fond courageuse et exemplaire des changements dans votre pays, avec ses répercussions prometteuses dans tout le Maghreb et le monde arabe.

Nous sommes particulièrement fiers de la part que les communistes de votre pays ont prise dans ces changements, en prolongement des luttes empreintes de lourds sacrifices que vous avez menées durant plusieurs décennies au cœur des couches laborieuses et déshéritées des villes et des campagnes, des étudiants et intellectuels, des femmes, pour les libertés, la justice sociale et les droits humains, en un mot pour des perspectives dignes des luttes précédentes de la Tunisie pour l’indépendance nationale.

Nous avons énormément apprécié votre position et vos efforts de mobilisation visant à ne pas laisser confisquer la puissante révolte populaire libératrice par les forces réactionnaires et compradores qui avaient soutenu et permis les méfaits de la dictature renversée.

Le peuple et les forces de progrès algériennes sont particulièrement sensibles à vos efforts pour garantir une période de transition qui ne trahisse pas les espérances et les légitimes aspirations de votre peuple. Nous n’oublions pas comment en Algérie le cours des évènements après Octobre 88 et la fin formelle du monopartisme officiel a évolué tragiquement sous les coups conjugués des clans dirigeants civils et militaires parasitaires incrustés dans le pouvoir, soumis aux orientations, diktats et séductions du FMI, des multinationales et de leurs officines étatiques occidentales, inspirateurs et soutiens de la réaction régionale arabe.

Toutes ces forces hostiles à un tournant démocratique véritable n’ont pas trouvé en face d’elles la riposte unie et clairvoyante d’un champ politique algérien divisé par des a priori et des sectarismes idéologiques ou identitaires habilement manipulés par les forces qui se réjouissaient du reflux des forces anti-impérialistes mondiales, depuis notamment l’effondrement de l’URSS. Ces forces antidémocratiques sont ainsi parvenues temporairement à verrouiller la vie politique et les légitimes revendications sociales et culturelles par la violence, la corruption et les intrigues policières.

Les jours glorieux que vient de vivre la Tunisie montrent cependant qu’au milieu des graves dangers qui continuent à miner et menacer la marche pacifique du monde vers les libertés et le développement humain, une page est en train de se tourner en faveur des peuples.

Il suffit seulement, c’est l’essentiel, que leurs forces vives sachent tirer les enseignements du passé et qu’ils gardent une forte certitude: la clef irremplaçable des changements progressistes durables, celle qui doit être forgée avec persévérance, c’est la prise de conscience et l’action résolue des masses populaires éclairées par une culture politique démocratique.

Avec mes fraternelles salutations communistes à tous vos militants engagés et mes souhaits de nouvelles avancées

Sadek HADJERES

Ancien premier Secrétaire du PAGS d’Algérie, (1966 – 1990 )

le 26 janvier 2011

www.socialgerie.net

1989_10_Rencon_tre_maghreb_Oct_89_1.jpg

Rencontre des partis communistes et ouvriers du Maghreb

à Casablanca en octobre 1989

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.