ALGER – 23 au 25 SEPTEMBRE – COLLOQUE «PRINTEMPS ARABE, ENTRE RÉVOLUTION ET CONTRE-RÉVOLUTION».

El Watan et l’Institut Maghreb-Europe de l’université Paris VIII organisent, à la salle Cosmos de Riadh El Feth à Alger, à partir d’aujourd’hui jusqu’à dimanche, le colloque «Printemps arabe, entre révolution et contre-révolution». Le chercheur Mohammed Hachemaoui, Docteur en sciences-politiques, professeur invité à l’université Paris VIII, un des initiateurs de cet événement scientifique, décortique pour El Watan Week-end les objectifs scientifiques de ce colloque.

Mohammed Hachemaoui: «Un séisme dans l’analyse politique et culturelle dominante des sociétés de la région»

Comment renouveler les paradigmes pour une meilleure compréhension de ce qui s’est passé et se passe dans la région?

Les soulèvements populaires arabes n’ont pas seulement causé la chute des autocrates comme Ben Ali et Moubarak; ces soulèvements ont aussi provoqué un séisme dans l’analyse politique et culturelle dominante des sociétés de la région. En effet, le «printemps des peuples» bat en brèche les paradigmes consacrés dans l’étude des sociétés de la région, tels «l’exceptionnalisme arabe», le «clash des civilisations» et celui du «cercle vertueux de l’économie de marché et de la démocratie».

Les «révolutions» actuelles prennent à contrepied ces paradigmes dominants et dévoilent leurs points aveugles respectifs.

L’action protestataire, politique, pacifique et civique, des sociétés du Maghreb et du Machrek révèle les apories de ces lectures, celles-ci décrivant qui une «rue arabe» – pour reprendre ce vocable dégradant–, dévorée par la «rage de l’islam», qui des «sociétés bloquées» sous un «autoritarisme dit arabe», qui des «communautés» ayant pour horizon indépassable l’éternelle dialectique du «djihad» et de la «fitna»

Les peuples révoltés, en revendiquant pacifiquement la liberté, la démocratie, la justice sociale, la lutte contre la corruption, montrent de façon éclatante qu’ils ne sont ni culturellement réfractaires à la démocratie, ni politiquement immatures, ni socialement amorphes.

Les mobilisations protestataires font apparaître l’impasse analytique du paradigme qui prétend que la rente «achète» la paix intérieure et la dissidence. Le Bahreïn, l’Egypte, le Yémen et la Syrie sont de ce point de vue des contre-exemples insolents.

Par ailleurs, les recettes néolibérales appliquées du Maroc à l’Egypte en passant par la Tunisie n’ont non seulement pas apporté la démocratie promise mais creusé les inégalités sociales et aggravé la corruption politique.

Last but not least, ces révoltes populaires ont permis de tirer un enseignement capital: la technologie de la répression ne suffit pas à assurer la durabilité de l’autoritarisme.

Est-ce que les études multidisciplinaires avaient prévu ces explosions politiques?

Plusieurs travaux ont souligné – à contrepied des «expertises» sur le «djihadisme», «l’apocalypse» – la crise de la représentation politique, l’étendue de la corruption politique, l’étroitesse des bases sociales des régimes, l’avènement du post-islamisme, la montée de nouveaux registres de la contestation, la mise en œuvre de nouveaux idiomes de mobilisation.

Marginalisées jusque-là, les études axées sur la sociologie des mobilisations, les bases sociales de la politique, les arrangements institutionnels entre dispositifs autoritaires et corruption politique, le post-islamisme, méritent d’être approfondies à la lumière des révoltes populaires arabes.

À quel bouleversement historique peut-on comparer ces révolutions?

Les avis sont partagés sur la question. Certains, partant du constat que ces révoltes sont sans leadership et sans idéologie, parlent de «révolutions post-modernes», quand d’autres, focalisés sur les rôles des médias et des réseaux sociaux, défendent l’hypothèse d’une «révolution 2.0».

D’autres, attentifs à la dimension populaire et sous-prolétaire de ces mouvements, comparent ces soulèvements avec les révolutions européennes du XIXe siècle.

D’autres, partant du constat que les révoltes actuelles ne sont pas phrasées dans un discours religieux, parlent comme Asef Bayet et Olivier Roy de «révolutions post-islamistes». Les disciples de Talal Asad, partant de ce même constat, se voient confortés dans leur entreprise de déconstruction du couple binaire «islamisme vs sécularisme».

Il faut porter l’attention sur l’évènement, c’est-à-dire sur le brusque surgissement de possibilités nouvelles, l’invention d’un ordre nouveau.

Une chose est sûre: on ne peut plus ni enseigner ni analyser le «monde arabe» comme avant.


Mohammed Hachemaoui publiera bientôt son ouvrage “ La corruption politique en Algérie : structures, acteurs et dynamiques d’un système de gouvernement.

Programme complet du colloque en page 12 et sur www.elwatan.com

Adlène Meddi

23 septembre 2011


pgme_colloque_dz.jpg

LE PRINTEMPS ARABE ENTRE RÉVOLUTION ET CONTRE-RÉVOLUTION?

PROGRAMME

COLLOQUE INTERNATIONAL

EL WATAN – INSTITUT MAGHREB EUROPE DE L’UNIVERSITÉ PARIS 8

Alger, 23-25 septembre 2011

En réunissant trois jours durant une brochette de chercheurs, le colloque qu’organise El Watan et l’Université Paris 8 à Alger, ambitionne d’apporter, loin des clichés médiatiques et des conjectures théoriques, des analyses informées par la pratique et la connaissance du terrain, seules en mesure d’offrir des clés d’intelligibilité des mutations en cours dans le monde arabe depuis l’immolation par le feu du jeune Mohamed Bouazizi le 17 décembre 2010.

Vendredi 23 septembre

Salle Cosmos, Riadh El Fath

9h00 – 9h30 :
Discours de bienvenue. Omar Belhouchet, directeur de publication d’El Watan ; Aissa Kadri, Professeur des universités, Université Paris 8.

Problématique du colloque : Mohammed Hachemaoui, politologue, Professeur invité, Université Paris 8.

9h30 – 9h45 : Pause café

_____

9h45 – 12h15 : Panel 1: De quoi le moment historique est-il le nom?

Président de séance : Mohammed Harbi, historien, Professeur émérite à l’Université Paris 8

Intervenants :

Farid Alibi (philosophe, Professeur à l’Université de Kairouan);

Sophie Bessis (historienne, directrice de recherches, IRIS);

Omar Carlier (Professeur, Université Paris Diderot);

René Gallissot (historien, Professeur émérite à l’Université Paris 8);

Djamel Guerid (Professeur, Université d’Oran).

11h30 – 12h30 : Débat.

_____

14h30 – 18h30 : Panel 2 : Révolte, révolution, réfo-lution?

Président de séance : Aïssa Kadri, sociologue, Professeur des universités à l’Université Paris 8

Intervenants :

Sarah Ben Néfissa (sociologue, IRD) ;

Sandrine Gamblin (sociologue, Egypte) ;

Najet Mizouni (juriste, Université Paris 8) ;

Jalal Tlili (sociologue, Professeur à l’Université de Tunis);

Mosbah Saleh (philosophe, Professeur à l’Université de Tunis).

16h30 – 16h45 : Pause café

16h45 – 17h30 : Débat


Samedi 24 septembre 2011

9h00-12h30 : Panel 3 : le « printemps arabe » : entre révolution et contre-révolution?

Présidente de séance : Sophie Bessis, historienne, directrice de recherches, IRIS.

Intervenants :

Salah Abd Al Jawad (politologue, Doyen de la Faculté de droit et des affaires publiques, Université Birzeit);

Salam Kawakibi (politologue, ARI);

Amy Austin-Holmes (Professeur assistant, American University in Cairo);

Pascal Ménoret (Professeur assistant, New York University Abu Dhabi).

10h45 – 11h00 : Pause café

11h00 – 12h30 : Débat

_____

14h30- 18h00 : Panel 4 : Vers des transitions démocratiques ou des autocraties sans autocrates ?

Séance présidée par Fouad Abdelmoumni, consultant international en micro-finance et acteur de la société civile marocaine

Intervenants :

Tewfik Aclimandos (chercheur invité, Collège de France);

Khadija Mohsen (Université Paris 8) ;

Aboubakr Jamaï (journaliste, Maroc) ;

Youssef Belal (chercheur, Middle East Institute, Columbia University);

Hugh Roberts (Professeur, Tufts University).

16h00 – 16h15 : Pause café

16h15 – 18h00 : Débat


Dimanche 25 septembre 2011

9h00 – 12h30 : Panel 5 : La rente pourra-t-elle acheter la dissidence?

Séance présidée par : Sarah Ben Néfissa (sociologue, IRD)

Intervenants :

Fouad Abdelmoumni (consultant international en micro-finance);

Myriam Catusse (chercheure, CNRS) ;

Fatiha Talahite (économiste, CNRS).

10h30 – 10h45 : Pause café

10h45 – 12h00 : Débat

_____

14h00 – 18h00 : Panel 6 : Les révoltes arabes : une menace ou une aubaine pour l’Empire?

Séance présidée par Salah Abd Al Jawad (politologue, Doyen de la Faculté de droit et des affaires publiques, Université Birzeit)

Intervenants :

Gilbert Achcar (Professeur de relations internationales, SOAS, University of London);

Jean-Paul Chagnolaud (Professeur des universités, Université de Cergy-Pontoise);

Daniel Lindenberg (Professeur émérite à l’Université Paris 8).

16h00 – 16h15 : Pause café

16h15 – 17h15 : Débat

_____

17h15 – 17h45 : Conférence de clôture prononcée par Mohammed Hachemaoui

17h45 – 18h00 : Mot de la fin par Omar Belhouchet, directeur de la publication d’El Watan.

21h00 – 23h00 : Concert de musique andalouse (à la salle Cosmos de Riadh el Fath)


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.