Samedi 29 OCTOBRE – IVRY – CONFÉRENCE DÉBAT SUR LA SITUATION EN ALGÉRIE ET AU MAGHREB


CAPEF
Collectif des Algériens Progressistes de France


Conférence -débat sur la situation en Algérie et au Maghreb

 Quelles sont ses principales caractéristiques ?

 Quels sont les enjeux géopolitiques et géostratégiques ?

 Quelles conséquences sur l’avenir immédiat et futur en Algérie?

Vous êtes cordialement conviés à en débattre

le Samedi 29 octobre de 14h à 18h

à la salle Saint-Just,

située au 30 rue Saint-Just à Ivry sur Seine

300 m du métro Mairie d’Ivry

La conférence-débat sera animée par le sociologue
Saïd Bouamama


Saïd Bouamama est Sociologue et auteur de plusieurs ouvrages dont:

“J’y suis, j’y vote”

“10 ans de marche des Beurs”

“La France autopsie d’un mythe national”

“Est-ce ainsi que les hommes vivent”, etc.


Plus que jamais, nous devons :

 Prendre conscience des enjeux en cours dans le monde arabe, et dans notre pays.

 Démasquer les vrais objectifs cachés de l’interventionnisme de l’OTAN dans les pays arabes.

 Dépasser nos différences et nous mobiliser contre les appétits néocolonialistes et impérialistes, soutenus par certains intérêts locaux inféodés et compradores.

 Lutter contre les projets de société que veulent nous imposer les forces de la finance mondialisée, en alliance avec certains courants islamistes salafistes dirigées par les pétromonarchies arabes (à l’exemple de ce qui se passe en Libye et en Syrie)


14h00 : Accueil

14h15 : Début de la conférence

15h30 : Débat

16h30 : Echanges autour d’un pot amical

____________________________________________

Déclaration du CAPEF

Algériens attachés aux idéaux de démocratie et de justice sociale, nous affirmons notre volonté d’agir en commun et d’inscrire cette action à la fois:

• Comme contribution aux luttes pour faire triompher la démocratie politique et sociale en Algérie.

• Comme démarche visant à mieux comprendre ce qui se passe dans notre pays, en Afrique du Nord, dans le monde arabe, et au-delà, dans ce qui est désigné par le terme de «mondialisation».

Dans ce cadre, nous considérons que le rassemblement de la gauche algérienne démocratique et sociale est impératif. C’est pourquoi, sans suspendre les échanges pour confectionner un texte et un programme de travail plus complets, nous pensons que les considérations suivantes sont acquises et suffisantes pour travailler ensemble.

1. Nous nous donnons pour nom «Collectif des Algériens Progressistes de France».

2. Nous choisissons d’agir comme collectif progressiste participant pleinement aux luttes pour une Algérie républicaine, démocratique et sociale.

3. Nous sommes convaincus qu’en agissant ensemble nous consoliderons nos accords et surmonterons nos différences, en éclairant et précisant les avis des uns et des autres.

4. Notre collectif, reflet à la fois de notre unité et de notre pluralité, va initier des actions mobilisatrices pour soutenir les luttes au pays et des débats ouverts pour en comprendre les enjeux aux plans national et international.

Notre forum, qui n’a pas vocation à se transformer en parti politique, a pour ambition de s’ouvrir à l’ensemble des forces sociales et politiques partageant ses objectifs.

5. Notre ligne de conduite sera de toujours œuvrer au rassemblement de toutes les forces politiques, sociales et culturelles qui partagent notre finalité, par l’édification d’un large front démocratique, patriotique et de progrès social.

6. Notre éthique est fondée sur la défense des intérêts historiques des travailleurs, la reconnaissance du caractère créatif, précieux, de la différence d’opinion, et l’impératif du rassemblement le plus large, pour une Algérie indépendante, démocratique et de progrès social.

7. Résidents en France, nous considérons comme nécessaire la jonction de nos efforts avec ceux de nos compatriotes au pays qui partagent notre idéal.

Nous nous attellerons en particulier à leur apporter notre soutien fraternel et à populariser leurs luttes et espoirs au sein de notre communauté à l’étranger, auprès des forces démocratiques et progressistes, et de l’opinion publique française.

8. Nous réaffirmons nos choix et nos principes sur les questions majeures suivantes:

  • a. Condamnation du système rentier et parasitaire qui domine l’Algérie.
  • b. Lutte pour une société fondée sur le travail, les libertés individuelles et collectives, l’insertion, et le progrès social pour tous.
  • c. Condamnation systématique du recours à la violence pour se maintenir au pouvoir ou y accéder.
  • d. Condamnation de l’intégrisme islamique comme régime politique susceptible de perpétuer le despotisme, et de tout projet politique qui ne soit pas explicitement fondé sur la reconnaissance des libertés individuelles et collectives.
  • e. Pour l’égalité en droit des hommes et des femmes.
  • f. Pour l’égalité de statut des langues nationales.
  • g. Pour la liberté de conscience, d’expression et d’organisation.
  • h. Pour la séparation de la religion d’avec le politique.
  • i. Pour une politique de progrès et de justice sociale.
  • j. Pour la solidarité avec les peuples du Sud et la condamnation de l’impérialisme sous toutes ses formes.