FRANCE-El DJAZAÏR: ANALYSE DE L’INTERVENTION MILITAIRE DE LA FRANCE AU MALI

MALI-1_Deschamps.jpg

L’INTERVENTION MILITAIRE DE LA FRANCE AU MALI

Après l’intervention militaire en Libye qui a déstabilisé la région, la France vient d’engager ses forces armées au Mali.

L’Algérie était pourtant parvenue à convaincre le MNLA et Ançar Dine, deux groupes touaregs de la rébellion, de déposer les armes et d’engager des négociations avec Bamako.

Les tergiversations du Président par intérim du Mali, soutenu par la CEDEAO présidée par Alassane Ouatara, ont fait échouer celles-ci.

Cette intervention de la France s’apparente à une expédition de type néocoloniale pour maintenir sous son influence un pays qui recèle des réserves importantes d’or, de pétrole, de phosphate, de bauxite et d’uranium.

Une intervention armée ne résoudra pas les problèmes engendrés par le sous-développement du Mali et des pays du Sahel, ni les revendications des Touaregs; elle ne peut que déstabiliser davantage la région, alimenter les rancœurs contre l’Occident et favoriser le développement du terrorisme.

En raison des 1 400 km de frontière commune avec le Mali, en plein désert, donc difficile à sécuriser, l’Algérie qui a déjà terriblement souffert du terrorisme est directement menacée par les conséquences de cette intervention armée.

France-El Djazaïr condamne le terrorisme, assure de sa solidarité celles et ceux qui, au Mali et dans la région œuvrent en faveur d’une issue pacifique et s’incline avec douleur devant la mémoire des victimes innocentes de l’horrible prise d’otage du site gazier algérien, d’In Amenas.

Le Conseil d’administration de France-El Djazaïr

23 janvier 2013.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.