19 MARS 1962 – 19 MARS 2013


BABA!poème de Fateh Agrane – le 19 mars 2013 – en hommage à son père Messaoud tombé au champ d’honneur;


“HOURIYA, LIBERTÉ”En célébration du 19 mars, victoire mémorable du peuple algérien“Houria Toi l’ardente et tant belle…”un Poème de Safiya – à Fateh Agrane dont les mots m’ont touchée profond… – Safiya – Forum socialgerie;


19 MARS 1962 – CESSEZ LE FEU: DES ENSEIGNEMENTS POUR AUJOURD’HUIUn article du Blog de Bernard Deschamps;


pdf-3.jpg

Messaoud_Agrane559082_358185084250384_519475391_n.jpg

En ce 19 mars

jour de la victoire de notre peuple

sur le désordre exploiteur colonialiste

CES MOTS EN HOMMAGE

À MON PÈRE MESSAOUD

TOMBÉ AU CHAMP D’HONNEUR

POUR QUE VIVE L’ ALGÉRIE

LIBRE ET INDÉPENDANTE

LE 6 MAI 1958 À EL-AOUANNA JIJEL

GLOIRE A NOS MARTYRS.

Baba!

par Fateh Agrane

Baba*

J’attends ton retour

Où es-tu retranché

Une balle au front

La gorge tranchée

Tu as trop tardé

As-tu pris des détours

Poitrine criblée

Soupir arraché

Je t’ai vu flotter en rêve

Vert de blanc fluorescent

Où ton étoile fait l’amour

À son rouge croissant

Je t’ai vu en famille

Sans effet d’annonce

Lover les yeux de ma fille

Le jour de ses noces

J’ai beaucoup pleuré

ce demi-siècle d’absence

D’être de toi sevré

D’être ma béance

Mais je te dis une chose

Et que ça soit entre nous

Je suis épris d’elle

Ton amour prunelle

Ne te voyant venir

Elle m’a fait les yeux doux

Pour me remplir d’elle

Et me léguer tes ailes

Vais-je aimer comme Icare

Que lumière a brûlé

Dans son lit d’amour

Dans ton ciel étoilé

Baba, reviens pour me dire

Reviens pour voir

Compter mes plaisirs

Et rire de mes déboires

Reviens-moi un peu

J’ai peur de trahir

Et ne point atteindre

Ton rêve avenir

Baba !

Reviens-moi un peu

Pour me prêter ta lance

Je vois venir le feu !

Dévorer l’essence

Reviens-moi un peu

Pour l’éteindre à deux !

Fateh Agrane

Baba* : en dialecte Algérien : papa, mon père

Copyright tous droits réservés

19 MARS 2013

haut


En célébration du 19 mars,

victoire mémorable du peuple algérien

Un Poème de Safiya

Houriya, Liberté !

à Fateh Agrane dont les mots m’ont touchée profond…

Houria Toi l’ardente et tant belle

Résiliente aux temps toujours rebelle

Ton étreinte consume à la fois galvanise

Celui-celle qui sous ton emprise

Marche sur la braise sans un soupir

Offrant poitrine nue pour te conquérir

Houria, Ô sortilège ineffable

Ton sentier est pavé des vies innombrables

Qui se sont données sans regret à toi

Pour que tu sois. Toi Liberté ! Alors soit !

Toujours rebelle, ardente et Ô combien belle !

Safiya

le 22 mars 2013

Forum socialgerie

haut


pdf-3.jpg

QUILLES.jpg

19 MARS 1962 – CESSEZ LE FEU: DES ENSEIGNEMENTS POUR AUJOURD’HUI

Un article du Blog de Bernard Deschamps, militant et ami français de longue date du peuple algérien

Pour nos petits-enfants, le temps écoulé depuis la fin de la guerre d’Algérie représente le double ou le triple de leur âge ! De l’histoire ancienne. Et pourtant…

Le 19 mars 1962 mettait fin à 132 ans de domination coloniale par la France et à près de huit années d’une guerre sanglante et cruelle. Interrogeons-nous. Pourquoi après l’indépendance, la majorité du Parlement français refusa-t-elle pendant trente-sept ans, le terme de «guerre» qui ne sera admis que le 18 octobre 1999? Pourquoi pendant cinquante ans, les autorités françaises, socialistes comme de droite, refusèrent-elles de célébrer le 19 mars date officielle de la fin des combats? Ce n’est que le 6 décembre dernier que le Parlement français a décidé, à la majorité, que le 19 mars serait désormais «journée du souvenir et du recueillement»

Reconnaître que la guerre d’Algérie était une guerre et non «une opération du maintien de l’ordre» et célébrer le 19 mars 1962, c’est enfin admettre que l’Algérie n’était pas la France et que l’indépendance est un fait acquis.

Refuser cette double reconnaissance, au-delà du Front National et de l’extrême droite qui en ont fait un de leurs chevaux de bataille, est révélateur des arrière-pensées de la droite et aussi d’une partie de la gauche.

Pour se justifier ils prétendent que les combats ont continué après le 19 mars. Ce qui a continué, ce n’est pas la guerre avec le FLN, ce sont les attentats et les meurtres perpétrés par l’OAS, le bras armé des partisans de « l’Algérie française »; quant aux supplétifs, c’est l’armée française qui les a recrutés qui est responsable de leur sort tragique.

Mais, me direz-vous, pourquoi évoquer encore aujourd’hui, des débats qui concernent des faits vieux de cinquante ans? La page est désormais tournée.

Il n’en est malheureusement rien, comme l’ont démontré les furieux qui, accompagnés de Collard, de Fournier, de Lachaud, des activistes et élus du FN et des partis de droite, avaient mis notre colloque d’historiens en état de siège à Nîmes en mars 2012, car ils rêvent de faire revenir en arrière la roue de l’histoire.

Un combat d’arrière-garde ? Des rancoeurs de has-been? Voire. La situation mondiale de 2013, n’est certes plus celle des années cinquante. Les rapports des forces entre Etats ont évolué. Les anciennes puissances coloniales, Allemagne, Angleterre, Etats-Unis, France, etc, ont depuis vu leur poids relatif, économique, militaire, démographique, diminuer, alors que d’anciens pays colonisés grandissaient sur la scène internationale.

Ainsi les Etats-Unis n’ont pas réussi contre Chavez, ce qu’ils avaient réussi contre Allende.

Mais ces anciennes puissances coloniales n’ont pas, pour autant, abandonné leurs objectifs de domination, de mise sous tutelle, de pillage économique. Par d’autres moyens que les armes, mais aussi par la force des armes quand la situation intérieure des pays qu’ils convoitent, leur en donne l’occasion et que les circonstances s’y prêtent.

Leurs services secrets tentent toujours de créer ici ou là des troubles afin de fournir des prétextes à interventions militaires. Et ils sont d’autant plus enclins à cette fuite en avant que, dans les conditions actuelles de raréfaction des sources d’énergie, le contrôle de celles-ci est pour eux d’une urgente nécessité.

Les aventures militaires en Afghanistan, en Irak, en Côte d’Ivoire, en Libye, et maintenant au Mali, nous le prouvent.

Aujourd’hui comme hier, ces interventions sont engagées au nom de grands principes humanitaires, souvent au nom de la démocratie et des libertés qu’il faudrait exporter vers les pays réputés en être dépourvues.

Qui a dit : « Il faut dire ouvertement qu’en effet, les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures…parce qu’elles ont un devoir pour elles. Elles ont un devoir de civiliser les races inférieures.» Roselyne Bachelot? Bernard Henri Levy? Non, Jules Ferry, le 28 juillet 1885 à la Chambre des Députés, propos dénoncés par François Hollande, le premier jour de son mandat de Président de la République.

Mais c’est la philosophie qui inspire le soit-disant «devoir d’ingérence», sans base légale et pourtant cher à Bernard Kouchner et qui sous-tend l’intervention militaire de la France au Mali. «Les peuples n’aiment pas les missionnaires armés… », faisait remarquer Robespierre avec raison.

C’est aussi une des leçons du 19 mars. L’entêtement des gouvernants français socialistes, radicaux ou de droite, qui refusaient le droit à l’indépendance du peuple algérien, n’a fait que reculer l’échéance, au prix de 500 000 à 1 million de morts en Algérie et de la vie de plus de 30 000 jeunes Français.

Toutes les familles, en Algérie, pleurent encore aujourd’hui un être cher mort au combat ou disparu. Même dans les plus petits villages existe un cimetière où dorment des chouhadas (martyrs).

Les essais nucléaires des années soixante au Sahara continuent de tuer en Algérie et en France, et chaque jour des enfants, des femmes, des hommes sont victimes des mines déposées par la France aux frontières du Maroc et de la Tunisie.

Pour toutes ces familles, hier est toujours présent.

En France même, la IV République est morte de la guerre d’Algérie et un régime quasi monarchique a été instauré en 1958, qui s’est perpétué jusqu’à nos jours.

Marx pourtant nous avait prévenus : «Un peuple qui en opprime un autre ne saurait être un peuple libre.»

Les leçons de l’histoire ne doivent donc pas être oubliées. Elles peuvent nous aider à éviter de retomber dans les erreurs et les fautes du passé.

Bernard DESCHAMPS, 15 mars 2013

_________
image: « La quille b…! »

http://www.bernard-deschamps.net/article-19-mars-1962-des-enseignements-pour-aujourd-hui-116159682.html

haut


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.