Amekti n tmenɣiwt n Ɛellula- COMMÉMORATION DE L’ASSASSINAT DE ALLOULA.


[LA RENCONTREMessaoud Benyoucef.
– Chiricahua over blog – le 18 mars 2013;
->#1]


Amekti n tmenɣiwt n Ɛellula- COMMÉMORATION DE L’ASSASSINAT DE ALLOULAtiddukla tadelsant Numidya n Wehran – association culturelle Numidya d’Oran – 15 mars 2013;


Alloula_dz_theatre.jpg

LA RENCONTRE

Messaoud Benyoucef.

Chiricahua over blog

le 18 mars 2013

Il y a 19 ans, le 10 mars 1994, était assassiné Abdelkader Alloula, le grand dramaturge oranais, mondialement reconnu. Il n’y eut ni enquête ni recherche des coupables et de leurs commanditaires dans une ville livrée à la terreur. Bien des années après, les Oranais verront les plus hauts responsables policiers et militaires de la ville, ceux qui étaient en fonction durant les années sanglantes, se déchirer devant les tribunaux, s’accusant mutuellement d’avoir trempé dans le trafic de drogue et faisant état de « désaccords » graves quant à la manière de mener la lutte antiterroriste. De quoi donner froid dans le dos et décupler l’indignation.

En mémoire du grand ‘Abdelkader, Chiricahua réédite le texte hommage écrit par son ami et camarade, Messaoud Benyoucef.

pdf-3.jpg
Il gravissait les escaliers en compagnie de son épouse, celle-ci lui tenant le bras comme l’on fait dans la bonne société, tout en observant, maintenant, le décalage imperceptible qui continuait -tout de même- de marquer la distance entre l’homme et la femme. Le couple se présenta devant la porte d’entrée monumentale de ces lieux que les gens n’avaient pas encore appris à domestiquer; il faut dire qu’ils n’avaient pas l’habitude de les fréquenter. Sauf peut-être ce monsieur, en complet-veston strict avec sa dame si élégante dans sa robe de soirée, ce monsieur qui a l’air bien sûr de lui et qui, pourtant, marque quelque désarroi face aux deux appariteurs (placeurs) qui discutent avec un petit homme en bleu de travail, le bleu-de-Chine comme on l’appelle ici. Le petit homme, très brun, bossu, vociférait en faisant de grands gestes de ses bras trop courts ; les appariteurs riaient à gorge déployée au discours de celui que tous les habitants de la cité connaissaient bien: il s’agissait d’un éboueur à la langue bien pendue et qui passait tous ses moments de liberté, dans le grand parc municipal, à haranguer les animaux du zoo auxquels il vouait un amour à peine croyable.

Alors, l’homme au complet-veston crut comprendre. Mais la chose était tellement extravagante qu’il préféra s’en assurer auprès de l’un des appariteurs. Ce dernier confirma: « Oui, la soirée est réservée aux éboueurs et aux dockers ». Le petit homme brun ponctua avec son petit rire chuintant et de vastes mouvements de mains: « La classe ouvrière s’empare du théâtre, ce soir ! ». L’homme au complet-veston saisit sa femme par le bras et dévala l’escalier qui ouvre vers la grande place sur laquelle veillent deux lions hiératiques. Derrière la porte, en retrait, très discret, les bras croisés sur sa large poitrine, se tenait un homme à la taille haute et aux cheveux frisés. Il avait observé la scène avec une placidité absolue. Mais à qui l’aurait approché, l’éclat amusé et attendri du regard aurait révélé l’intense émotion qui l’habitait.

De son pas lent et mesuré, il quitta son poste d’observation et emprunta la galerie qui longe l’orchestre, alors que tintait la sonnerie annonciatrice du spectacle. Traversant les bureaux de l’administration, il pénétra dans les coulisses, écarta très légèrement une des lourdes tentures d’angle; son regard embrassa la salle de théâtre aux velours rouges et aux lambris d’or; un superbe petit opéra à l’italienne, grouillant maintenant d’habits bleus de dockers et d’éboueurs s’interpellant d’une travée à l’autre, et des voiles blancs de leurs femmes, toutes installées aux premiers balcons et dans les loges. L’homme partit d’un grand éclat de rire.

Le rideau se leva et une voix inouïe saisit les spectateurs au ventre; un chant inclassable, une mélopée foudroyante, une voix d’airain.

Derrière le chanteur, un écran blanc s’illumina d’images cinématographiques représentant des tampons et des cachets.

Le goual traditionnel, Erwin Piscator et Bertolt Brecht s’étaient emparés de la scène du théâtre d’Oran et les ouvriers, leur parterre naturel, avaient la primeur de la représentation des “Sangsues”“El Alag” – de Abdelkader Alloula, ce géant placide aux yeux doux, qui arpente maintenant la coulisse et dont le pas, sans qu’il en ait conscience, scande la mélodie métallique que Mohamed Haïmour martèle, puissamment.

C’était en mai 1969.

Celui qui s’était tellement investi dans l’organisation syndicale de cette soirée -jeune homme pressé de mettre ses actes en cohérence avec ses idées-, et qui chemina ensuite longtemps avec le géant tranquille, a de la peine à maîtriser son émotion à cette évocation.

Car il est des rencontres définitives. Celles qui vous rendent meilleur.

Messaoud BENYOUCEF,

Paris, mars 1996

http://chiricahua.over-blog.com/article-la-rencontre-116295115.html

haut


pdf-3.jpg

Amekti

“Uriɣ-as s taɛrabt, yerra-yi-d s tutlayt TAMAZIƔT”

(“Leǧwad”-1985)

Ɛebdelqader ƐELLULA

ALLOULA1.jpg

Tawlaft (tteṣwira) taneggarut -08/03/1994 – umeɣras (ccahid) n tẓuri d yedles «Ɛebdelqader Ɛellula ».

Sgunfu di talwit ay ameddakel. Xuḍi tefkiḍ ula d idammen-ik, akken i yefka Akli Amezɣan taɣessa (iɣsan)-ines!…

Ilmend umulli wis-19 n tmenɣiwt umeskar n timmuga d wesmug-asayes ameqqran « Ɛebdelqader Ɛellula », tiddukla tadelsant Numidya n Wehran ad tessudes ass n Sem 15/03/2013, deg usideg-ines:

12 (t),00 ar 13(t),30

  • Allus amenzu n « Tuɣalin n ccfaya» n Ǧamal Benɛuf.

    Sɣur: «Tigawt d wawal»

14(t),00 ar 17(t),00

  • Tannant (tawezlant) uselmed umezgun i ubaɣur imariren n “Tigawt d wawal»,

    sɣur Ɛmiruc Ɛelliq.

17(t),00 ar 17(t),50

  • Tafilt tagnennyat ɣef tudert d tmeddurt n Ɛebdelqader Ɛellula,

    sɣur imeddukal-nneɣ: Muḥemmed Beleɛrusi d (ahat) Bumedyen Leclac.

17(t),50 ar 18(t),00

  • Tarmest i yiseɣ n terbaɛt «Tigawt d wawal» ilmend umulli wis-mraw (10) ɣef tlalit-ines.

Anṣuf yes-wen (kent)


Commémoration

“ Je lui ai écrit en arabe, il m’a répondu en Langue AMAZIGHE”

« El Adjoued» -1985.

Abdelkader ALLOULA

ALLOULA2.jpg

Abdelkader Alloula (Le martyr de l’art et de la culture algérienne)

et Dr Sadek Hadjres (Un du groupe « berbéro-nationaliste » et un des trois rédacteurs de la brochure «L’ Algérie libre vivra» lors de la crise anti berbère du 1949.

À l’occasion du 19éme anniversaire de l’assassinat

du grand dramaturge «Abdelkader Alloula»,

l’association culturelle Numidya d’Oran

organise ce Vendredi 15 mars 2013

à son siège : 5, rue Amrani Ali (ex Montauban),

centre ville. Oran.

12 H00, 13H30

  • 1er enchainement (répétition) de la nouvelle pièce

    «Tuɣalin n ccfaya/Retour de la mémoire» de Djamel Benaouf.

    Par : la troupe «Tigawt d wawal/ Action et parole».

14H00,17H00

  • Stage (court) de formation du théâtre

    au profit de comédiens de la troupe «Tigawt d wawal»

    par Amirouche Allik.

17h00,17H50

  • Table ronde sur la vie et les œuvres de: «A.E.K ALLOULA»

    par nos amis et camarades: Mohamed Belaroussi et (probablement) Boumediene Lechlach.

17h50,18H00

  • Réception en l’honneur de la troupe «Tigawt d wawal»

    à l’occasion du 10ème anniversaire de sa création.

Soyez les biens venu(e)s.


« Djelloul lefhaymi (l’intelligent) »

Adaptation en langue amazighe

Par Djamel Benaouf.

Ǧellul Lefhaymi.

(Amekti/tajmilt i Ɛebdelqader Ɛellula.)

Akken ara aɣent teftilin, a d-isuɣ Lmeyyet aqdim :

– Ǧellul Lefhaymi!

A d-banenen 4 yemdanen ttazzalen deg imukan-nsen kan. Ǧellul Lefhaymi ɣer zdat, Lmeyyet aqdim ɣer tama-s tayeffust akk d sin-nniḍen ɣer deffir. Ad yebdu Ǧellul Lefhaymi a d-iḥekku, wiyaḍ-nni ad ttazzalen deg imukan-nsen kan.

 Ǧellul Lefhaymi :

Ǧellul Lefhaymi aḥlil

Asmi ixeddem di ṣṣbiṭar

Ayen i s-yeḍran ur t-yeqbil

Yugad zzɛaf a t-yagar

Sked anda ur yuzzil

Inuda-d akk tiɣemmar

Laɛudd a d-yaf ttawil

Weqbel ad yeḍru uxeṣṣar.

Ad yeffeɣ Ǧellul Lefhaymi akk d wid-nni yettazzalen yid-s. A d-yekcem yiwen umuḍin yettnazaɛ, teqreḥ-it tuɣmest-is, am wakken yettraǧu deg umejjay neɣ ṭṭbib. Mi ara d-yekcem uneggaru-yagi, a s-yini i umuḍin-nni:

– D acu akka i k-yuɣen, daɣen?

Amuḍin ad yettnazaɛ, ad yettwehhi ɣer yimi-s, zuni d tuɣmest i t-iqerḥen.

Amejjay ad yettmeslay i yiman-is kan : “Win teqreḥ tuɣmest-is a d-yazzel ɣer da, win teqreḥ tɛebbuṭ-is a d-yazzal ɣer da; Yuɣal ṣṣbiṭar-agi d lkuri. Yenɛel bu lḥerfa am ta.”

Ad yaẓ ɣer umuḍin a s-yini :

– Ldi kan aqemmuḥ-ik!

Amuḍin ad yeldi imi-s, a d-banen wuglan-is, amejjay ad yennesmumi, ad isuɣ fell-as :

– A wigi mačči d uglan n bnadem, a wigi d timɣilin n yilef! Ad yernu a s-yini :

– Ɣas ḥṣu, atan ulac “ la nistizi « .

Amuḍin a s-d-iwehhi, zuni maɛlic.

Amejjay-nni a d-yejbed tiɣemdin (lkellab) annect-ili-tent, a s-yini:

– Ldi imi-k! «Iniɣ n yizem yiwwas, iniɣ n yizan yal ass»!

Akken ara iger tiɣemdin-nni deg yimi umuḍin, ad yejbed s kra yellan di tezmert-is, amuḍin n twaɣit ad yemmermeɣ, ad yekker ad yerwel; amejjay ad yefferkes, ad yeɣli d tinnegnit, akken ara d-yekker a d-iban yiles d azzeggaɣ iɛelleq di tɣemdin-nni (dagi d iles uceṭṭiḍ i nesseqdec).

Akken ara d-yekker a d-yini s teḍsa tawraɣt :

– Teqreḥ-it tuɣmest-is, qelɛeɣ-as-d iles-is. Dayen, yekfa fell-as ucetki.

Ad yeffeɣ.

A d-yekcem Ǧellul Lefhaymi akk d wid-nni yettazzalen yid-s. Ǧellul lefhaymi a d- yuɣal s awal :

Ǧellul Lefhaymi yesseḍ

Laqen-as isurtiyen

Di leḥbus ad yettmermed

A d-yesɛeddi ɛamayen

Ma drus fell-as Ɛemmi Ḥmed

Xemsa yiḍan a t-gezren

S useffud ad yettwiqqed

I wakken ad yecɛef dayen.

Ad yeffeɣ Ǧellul lefhaymi akk d wid-nni yettazzalen yid-s, a d-tekcem yiwet terbaɛt, a ɣ-d-mlen (s turart kan, war awal) liḥala n ṣṣbiṭar akk d twuɣa la iḍerrun deg-s : “tukerḍa, tijɛal akk d westehzi…” Ssyen ad ffɣen.

A d-uɣalen wid-nni yettazzalen, gar-asen lmeyyet aqdim. A d-yini uneggaru-yagi, a t-id-ɛiwnen wiyaḍ:

– Imi netta, yettɣuccu, yettqelliq, tettaɣ-it-id legrina; mi ara yerfu ini yerwi-tt.

A d-yekcem Ǧellul lefhaymi, a d-yernu ɣer wid akken yettazzalen, a d-yini:

Ǧellul lefhaymi yewqeɛ

Ger ẓẓebra d yefḍisen

Seg wurfan d lɣecc yefqeɛ

Yettḥawal deg imeslayen

Yeffeɣ-d s amraḥ yettrabaɛ

Yessuruf i yemnaren

Yeqqel yisem-ines mucaɛ

D azamul deg ixeddamen.

Lmeyyet aqdim ad iwehhi ɣer Ǧellul Lefhaymi, a d-yini asefru-yagi (Tarbaɛt-nni, a d-ttɛawaden deffir-s):
– Argaz-agi isem-is Ǧellul
– Tarbaɛt-nni : Ǧellul!
– Tennerna deg-s lefhama
– Tarbaɛt-nni : lefhama!
– Iḥemmel tamurt seg wul
– Tarbaɛt-nni : Iḥemmel tamurt seg wul!
– Ɣur-s iman n lxedma
– Tarbaɛt-nni : Lxedma!
– Yugi ad yidir medlul
– Tarbaɛt-nni : Yugi ad yidir medlul!
– Yugad tassirt n nndama!
– Tarbaɛt-nni : Yugad tassirt n nndama!
– Yettazzal abrid iḍul
– Tarbaɛt-nni : Iḍul, iḍul!
– Yessewhem medden merra
– Tarbaɛt-nni ad wehmen : Aaah!!
– Kra qqaren-as : D amexlul!
– Tarbaɛt-nni : D amexlul, d amexlul!
– Yečča ɣebret lefhama (takka n tegzi)!
– Tarbaɛt-nni : Yečča ɣebret lefhama!
– Nekkni a s-nini : Azul!
– Tarbaɛt-nni: Azul, azul!
– Ṣiraṭ yuklal rreḥma…
-Tarbaɛt-nni : Ṣiraṭ yuklal rreḥma…
– Nekkni a s-nini : Azul!
Tarbaɛt-nni : Azul, azul!
– Ɛellula yuklal rreḥma…
-Tarbaɛt-nni : Ɛellula yuklal rreḥma…

Dagi, Lmeyyet aqdim akk d terbaɛt-nni ad ttazzalen, a d-ttɛawaden kan s leɛqel i tefyirt-agi taneggarut usefru : Yettazzal abrid iḍul… Ad ffɣen.

…Ad xsint teftilin.

Ǧamal Benɛuf, Wehran 2005.

ALLOULA3.jpg

Ǧellul lefhaymi –Tigawt d wawal.

ALLOULA4.jpg

Ǧellul lefhaymi

ALLOULA5.jpg

Amejjay d umuḍin

ALLOULA6.jpg

Teqreḥ-it tuɣmest-is, yekkes-as-d iles-is.

ALLOULA7.jpg

Tamuḍint d umejjay.

ALLOULA8.jpg

Tijɛal akk d tukerḍa di ṣṣbiṭar.

Axemmem-nneɣ i “mmi-s igellil” Mulud At Ceɛban (Ferɛun) yettwanɣan ass n 15 Meɣres 1962.

ALLOULA9.jpg

“Tigawt d wawal” zdat uẓekka n Mulud Ferɛun, deg Tizi-Hibel –At Dwala, Tizi-Wezzu. Yebrir 2007.

Awlawal seg Wehran.

haut


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.