HOMMAGE à AHMED BENAZIZA, LE RÉCIDIVISTE DE L’HONNEUR

_______________________________

message de Sadek Hadjerès

Mes condoléances attristées à sa famille, ses amis et camarades de lutte

Ma peine est d’autant plus grande qu’il me rappelle les très durs moments où travailleurs, étudiants et militants
s’étaient dressés en 1965.

Ils résistaient, à la fois au coup porté aux perspectives démocratiques par le putsch militaire du 19 juin
et contre la répression du mouvement social et syndical, lequel avait commencé à reprendre de l’ampleur après les coups d’arrêt
donnés dans les premiers mois de l’indépendance par l’interdiction du PCA et la caporalisation brutale de l’UGTA.

Des conditions très dures avaient frappé les militants du PCA et ceux de l’éphémère ORP, elle même victime des faux pas de ses hâtives orientations et structurations.

Dans ces moments difficiles, l’ex fidaï, le communiste et syndicaliste Benaziza a mené un combat courageux avec un grand nombre de ses camarades mobilisés sous la direction régionale clandestine autour de Tayeb Bouhraoua dont il était proche.

Il a subi comme des dizaines de ses camarades d’odieuses conditions d’arrestation et d’emprisonnement.

Face à la dégradation du pays au cours des décennies suivantes, il a gardé ses convictions patriotiques et internationalistes, de classe et de large union de lutte.

Il laisse aux jeunes générations l’exemple de la modestie, du courage et de l’abnégation au service d’un idéal de liberté et de justice sociale.

Sadek Hadjerès

le 22 mars 2013


AHMED BENAZIZA, LE RÉCIDIVISTE DE L’HONNEUR

Par Fateh Agrane

Dimanche 24 mars 2013

blog algerieinfos-saoudi

algerie_drapeau-29f14.jpg
Nous avons enterré la dépouille du camarde

Ahmed Benaziza

aujourd’hui samedi 23 Mars à 14h 30,

au cimetière d’El Alia Alger,

mais figurez vous,

jamais son idéal ne le sera.

Ils étaient là, ses amis, ses camarades et voisins pour un ultime adieu, car ils ne reverront plus sa digne et fière silhouette, dorénavant avec et auprès d’eux!

Ammi AHMED comme aime l’appeler la génération d’après guerre fut un militant modeste et généreux, de ceux qui ont donné à l’ALGERIE le meilleur d’eux même sans rien prendre !

Dar-El-Beida.10.jpg

Je me rappelle au début des années quatre vingt dix, on venait de sortir de la clandestinité Ammi AHMED était membre de la cellule du parti de l’avant-garde socialiste (PAGS) de Dar El Beida

On l’informa qu’une liste de bénéficiaires de terrains à bâtir à El Hamiz Dar El Beida a été affichée
comportant son nom,

furieux il se dirigea sur le champ à la mairie pour dire au maire «qui t’a permis d’afficher mon nom sur cette liste de vautours?»

Ce dernier lui répliqua «c’est une liste d’anciens Moudjahidines à qui nous avons donné un morceau de terrain à bâtir»

-svp Monsieur ! Rayer mon nom, je ne suis un ancien combattant, je le demeure toujours et de morceau de terrain à bâtir, pas demandeur!

J’ai combattu pour toute l’ALGERIE pas pour un morceau d’elle!!!

Ammi Ahmed avait refusé ce cadeau empoisonné des arrivistes du FIS pour justifier leurs actions prédatrices sur les terrains de la commune! ils savaient très bien d’où il venait cet humble géant!

goulot.jpg

Ahmed Benaziza est né à CHERCHELL en 1936

Jeune il adhéra au parti communiste Algérien (PCA) dans sa région, aux côtés de Mustapha Saadoune.

Membre des CDL (combattants de la liberté) et de l’ALN après accord ente le PCA et le FLN pour l’intégration des CDL au sein de cette dernière.

Il fut à deux reprises condamnés à mort par le colonialisme français et échappa a la guillotine après que ses peines aient étés comniées en condamnation a perpétuité

À sa libération en 1962 et sans répit il alla continuer son combat au sein des travailleurs de l’ex Ogsa devenu par la suite Office National de l’Aviation et de la Météo (Onam) puis avec l’appellation actuelle Enema.

Il constitua aux coté de l’autre camarade communiste Tayeb Bouhraoua le premier syndicat de l’entreprise

Il adhéra au Front de libération nationale après l’indépendance sur directive du PCA.

Il fut militant du parti de l’avant-garde Socialiste (PAGS) depuis sa création en 1966 jusqu’à sa mise a mort après le congrès de 1990.

Toute sa vie a été une vie de luttes ouvrières et syndicales, il fut membre de l’union territoriale UGTA de ROUIBA qui englobait la zone industrielle.

Membre de la commission exécutive nationale de la fédération nationale des transports

Il était chef de bureau d’information aéronautique de l’Enema jusqu’à sa sortie en retraite

Ahmed Benaziza a connu aussi la prison Algérienne quand il fut déporté à JIJEL suite a son opposition au coup d’état du 19 juin, il fut membre de L’Organisation de la résistance populaire.

Et a été arrêté dans la région de Ain Defla ou il venait de participer a une réunion avec feux Embarek, Benkehla et d’autres militants.

Le récidiviste !

Condamné donc doublement à mort par le colonialisme français, ou il subira d’atroces tortures il se retrouva encore dans celle de son Algérie indépendante à Jijel trois ans après l’indépendance!

À sa vue et en lisant son dossier le responsable de la prison s’écria, ah ! Tu es un récidiviste

Et Ahmed Benaziza avec son sourire et calme olympien de répondre!

-n’êtes vous pas indépendants, nous le sommes depuis trois ans, ces ex condamnations sont celles de la colonisation, l’Istaamar.

Ammi Ahmed Benaziza connaîtra la torture dans la prison de son pays après celle infligée par le colonisateur sans pour cela abdiquer, à sa libération il reprendra naturellement sa place dans la bataille pour l’édification nationale et il fut un de ses dignes fils

Repose en paix camarade, tu as semé, tu nous as fait aimer le combat pour la dignité et l’honneur, pour la justice sociale et la liberté ! Merci.

Fateh Agrane, 23 mars 2013


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.