LES MOYENS MIS EN PLACE PAR LES FEMMES EN ALGÉRIE POUR LUTTER CONTRE LES VIOLENCES

Le 25 novembre socialgerie reprenait en ligne l’article de Racim Sbaa – Reporters.dz – qui relatait un entretien avec le neuropsychologue Yazid HADDAR: «LA FEMME ALGÉRIENNE EST VICTIME DE VIOLENCE SYMBOLIQUE ET RÉELLE».

Le 26 novembre 2013 le blog algerieinfos-saoudi citait les chiffres évoqués en Algérie par l’APS, et en France par le ministère des Droits des femmes
VIOLENCES FAITES AUX FEMMES, EN ALGÉRIE ET EN FRANCE.

Ces chiffres étaient martelés par les médias, le 25 novembre, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes fixée par l’ONU. [[ VIOLENCES FAITES AUX FEMMES, EN ALGÉRIE ET EN FRANCE blog algerieinfos-saoudi.com – le 26 novembre 2013

En Algérie, «Au total, 7 010 femmes ont déposé plainte pour violences durant les neuf premiers mois de 2013, dont 5 034 victimes de violences physiques», a indiqué à l’APS la commissaire divisionnaire, Mme Kheira Messaoudène, chargée du bureau national de la protection de l’enfance, de la délinquance juvénile et de la protection de la femme victime de violences à la direction de la Police judiciaire. Elle a ajouté que parmi elles, 1 673 femmes ont été victimes de mauvais traitements, tandis que 27 autres ont été victimes d’homicide volontaire.

En France, 148 femmes mortes sous les coups de leurs conjoints en 2012 ; 27 plaintes pour viol déposées chaque jour ; 400 000 femmes victimes de violences conjugales déclarées en deux ans. Ces chiffres étaient martelés par les médias, lundi 25 novembre, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes fixée par l’ONU.

Les chiffres des violences faites aux femmes en France, ont été publiés par le ministère des Droits des femmes … / … ]]


Au-delà des chiffres, et parce que trop fréquemment nous sommes interpellés par certaines situations de femmes et d’enfants acculés à des problèmes extrêmes de rejet social, de misère et de violence, mais aussi parce que notre vécu quotidien nous confronte à une réflexion continue sur nos relations tant intra-familiales que de travail, l’article ci-dessous a simplement repris certains sites associatifs qui s’interrogent, et agissent au quotidien pour lutter contre la violence et/ou soutenir des femmes en situation de détresse.

Les associations sont multiples: recueil de documentation, conseil juridique, soutien psychologique, centre d’écoute, etc.

Le texte ci-dessous, à partir de liens disponibles sur Internet , présente un annuaire 2013 des femmes ( CIDDEF), une liste des associations de femmes, une étude sur les discriminations à l’égard des femmes (ONDF “Observatoire National des discriminations faites aux femmes”), ainsi que les bilans annuels “BALSAM” (Centres d’écoute)


ANNUAIRE 2013 – FEMMES ALGÉRIENNES EN CHIFFRESCentre d’information et de documentation sur les droits de l’enfant et de la femme (CIDDEF);


ADRESSES D’ASSOCIATIONS DE FEMMESsources: CIDDEF – 2013


DISCRIMINATIONS À L’ÉGARD DES FEMMES EN ALGÉRIEétude publiée par CiDDEF – Alger – 2012;


“LES VIOLENCES CONTRE LES FEMMES EN ALGÉRIE”RÉSEAU NATIONAL DES CENTRES D’ÉCOUTE DES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCE EN ALGÉRIE – QUATRIÈME RAPPORT – MAI 2012, et DEUXIÈME RAPPORT SEPTEMBRE 2010


pdf-3.jpg

ANNUAIRE 2013
FEMMES ALGÉRIENNES EN CHIFFRES

Centre d’information et de documentation

sur les droits de l’enfant

et de la femme (CIDDEF)

05, Rue Ibn Hazm, Sacré Coeur

ALGER – ALGERIE

Tél/Fax: (213) (0) 21 74 34 47

e-mail: ciddefenfant@yahoo.fr


http://www.ciddef-dz.com/pages-index/index.php

Cet annuaire récent (2013) de 38 pages est facilement accessible et particulièrement documenté:

SOMMAIRE

  • Algérie : Constitution, conventions, pactes, protocoles, page 04

  • Population et famille, page 06

  • Habitat, page 08

  • Education, page 09

  • Analphabétisme/Alphabétisation, page 13

  • Enseignement supérieur et recherche scientifique, page 15

  • Santé page 17

  • Violences à l’égard des femmes, page 21

  • Culture/formation artistique supérieure, page 23

  • Emploi/chômage, page 24

  • Développement Humain/Indice sexospécifique, page 33

  • Participation de la femme, page 34
    • Participation des femmes à la décision politique, page 34
    • Femmes dans le gouvernement, page 36
    • Participation des femmes dans le système judiciaire, page 37
    • Participation des femmes dans la fonction publique, page 37
    • Participation des femmes au sein des corps de sécurité, page 37
    • Participation des femmes au sein de la protection civile, page 37

  • Comportements/Attitudes, page 38

[pdf-3.jpg
pour accéder au document et le télécharger directement en ligne sur le site du CIDDEF, cliquer sur le lien (…)->http://www.ciddef-dz.com/pdf/autres-publications/annuaire2013.pdf]

haut de page


pdf-3.jpg

ADRESSES D’ASSOCIATIONS DE FEMMES

sources: CIDDEF – 2013

http://www.ciddef-dz.com/pages-index/liens-connexes.php


ADPDF: “Association pour la Promotion des Droits des Femmes” – Fax: 021.93.65.38


AFAD “Associations femmes Algériennes pour le Développement” – Fax: 038 83 38 97


AFCARE “Association des Femmes Cadres Algériennes” tel: 021.29.38.02


AFEPEC tel: 041 53 20 80; Fax: 041 39 59 81

tel: 041 39 59 81; Fax: 041 39 74 55


AITDF: “Association Indépendante pour le Triomphe des Droits des Femmes” tel: 021.92.50.76; tel: 021.92.52.18


“Aïcha Oum El Mou’minin” tel: 071 67 09 72 Fax: 029 96 89 89


ANFEDR “Association Nationale Femmes et Développement rural” tel: 021.74.52.00; Fax: 021.74.52.00


Association « Mains de femme » tel: 021.63.48.49; Fax: 021.63.48.49


“Association Algérienne d’Alphabétisation IQRAA” tel: 021.73.52.47; tel: 021 91 35 76; tel: 061 50 40 15; Fax: 021.73.52.47


“Association Lalla Nfissa” tel: 025 41 49 79; Fax: 025 40 24 11


“Association Solidarité famille rurale” tel: 021.39.41.41


“Centre d’accueil pour femmes Zeghara « Dar El Hassana » tel: 021.95.44.95; Fax: 021.39.23.40


“Centre spécialisé de rééducation de filles de Birkhadem” tel: 021.44.77.96;


“Club Oranais de la Femme” tel: 021 27 25 68/72;


CNAFVSD: “Centre National d’accueil pour les femmes victimes de violence et en situation de détresse due au terrorisme” tel: 024.46.47.56; tel: 024.46.47.57;


“Collectif B’net Fathma N’Soumer ” tel: 021 79 02 31; Fax: 021 79 02 31;


“DARNA” tel: 021.82.00.75;


FAUED “(Femmes algérienne pour l’égalité des droits)” tel: 021.73.43.45;


FEC “Association Nationale Femmes en communication” tel: 021.68.55.66; tel: 021.66.36.35; Fax: 021.68.55.66


“Femmes, Sport B’net el Kahina” tel: 037.48.36.13; Fax: 037.48.36.13;


“SOS Femmes en détresse” tel: 021.92.60.76; tel: 021.66.87.25; Fax: 021.92.96.19


“SOS Femmes en détresse” tel: 021 95 44 95;


“Tharwa Fadhma N’Soumer” tel: 021 77 48 10; Fax: 021 77 48 10


“Tharwa N’Fadhma N’Soumeur” tel: 025.41.17.44; Fax: 025.41.17.44


… / …

haut de page


pdf-3.jpg

DISCRIMINATIONS À L’ÉGARD DES FEMMES EN ALGÉRIE

étude publiée par le CiDDEF

Alger – 2012

Cette étude (“CiDDEF” et “Agence espagnole internationale pour le développement”) essaie de dresser un « état de lieux », non exhaustif, des discriminations que les femmes rencontrent dans leur vie quotidienne.

Le mouvement associatif féminin, les militantes indépendantes et chercheuses sollicitées ont choisi elles-mêmes les thèmes… / …

Ces thèmes sont présentés dans cette publication pour rendre visible les inégalités auxquelles on ne fait pas toujours attention, tant leur accoutumance y est grande, qu’elles en ont intégré dans les comportements…/…

SOMMAIRE

  • Etat des lieux de la discrimination … page 5

  • Les discriminations: obstacles à la réalisation effective effective d’une égalité entre hommes et femmes … page 8

  • La santé au féminin … page 19

  • La cellule familiale, un foyer de violence contre les femmes … page 32

  • Polémique sur le système des quotas: la femme divise les députés … page 33

  • 147 femmes à l’assemblée, qu’est-ce que ça va changer? … page 36

  • Discriminations envers les femmes en Algérie cinquante ans après l’indépendance

    Regards et interrogations … page 40

  • Discriminations filles / garçons à l’école … page 48

  • Avant même les discriminations au sein du monde du travail: barrage à l’entrée … page 51

  • Lorsque l’administration fait dans la ségrégation … page 54

  • Cas de discrimination dans le travail … page 59

  • Discrimination à l’accès à l’emploi des femmes … page 61

  • La discrimination faite aux femmes en matière d’accès au logement … page 70

  • مشاركة المرآة العربية و موقف الخطاب الديني النهضوي منها

    page 81

haut de page


balsam.jpg

RÉSEAU NATIONAL DES CENTRES D’ ÉCOUTE

DES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCE EN ALGÉRIE

LES VIOLENCES CONTRE LES FEMMES EN ALGÉRIE
QUATRIÈME RAPPORT – MAI 2012

Aux femmes violentées

Aux écoutantes pour leur soutien aux victimes

et pour leur précieux travail de rendu de ces souffrances

extraits

Le réseau BALSAM a trois ans d’existence. Trois années pendant
lesquelles les écoutantes des treize centres d’écoute du réseau se
sont réunies pour se former à une meilleure écoute, échanger leur
expérience et réfléchir aux moyens de faire reculer le fléau de la
violence contre les femmes, de mieux répondre aux besoins des
victimes et de réduire les effets délétères à plus long terme sur
les femmes victimes, mais aussi sur leurs enfants et sur toute la
société, de telles violences.

Ces échanges ont permis au réseau de se consolider et de développer
une existence propre en dépit ou grâce aux formes d’action
et objectifs différents des associations qu’il fédère. Le modeste objectif
de départ qui était de mettre en commun les données portant
sur les cas de violence contre les femmes pris en charge par les
différents centres s’est, au fil du temps, spontanément élargi dans
plusieurs directions.

Rendre compte des violences, en parler, les faire connaître, reste
un objectif important du réseau et sur cet objectif il a bien avancé
puisque ce rapport est le troisième qui traite, à partir des données
et témoignages recueillis dans chacun des centres du réseau, des
différentes facettes de cette violence à l’encontre des femmes telle
que la subisse nos concitoyennes.

Mais de plus, d’autres fruits du réseau commencent à mûrir.

  • Ainsi, une collaboration entre les centres pour faire
    émerger les solutions appropriées aux besoins des victimes
    s’organise progressivement entre les intervenantes
    et intervenants à partir des liens interpersonnels, de plus
    en plus solides et chaleureux, noués au cours des nombreuses
    formations auxquelles ils et surtout elles ont participé.

    Ainsi aujourd’hui, outre la mise en commun des données,
    des échanges permanents sur la plate-forme informatique
    du réseau sont souhaités par les membres.
  • Une campagne de sensibilisation grand public sur le problème
    des violences, initiée par le CIDDEF a été démultipliée
    sur tout le territoire à travers les centres du réseau.

    Elle s’est articulée sur le thème «j’en parle avant de ne
    plus pouvoir le faire»
    , eu égard aux nombreux décès de
    femmes victimes de violence. Des femmes qui bien souvent
    ont préféré se taire, espérant que les violences à leur
    égard se calment ou des victimes trop terrifiées pour parler.
  • Un plaidoyer commun à l’ensemble des associations du
    réseau est également en gestation.

    Ce résultat a largement été atteint grâce aux formations
    auxquelles les écoutantes ont participé tout au long de
    ces trois années. Ces formations destinées à améliorer
    leur fonction d’écoute et à apprendre à mieux en rendre
    compte, ont tissé des liens entre les écoutantes et donné
    son identité au réseau[[Vous trouverez en annexe 2 des évaluations de ces formations réalisées par deux intervenants ainsi
    que des témoignages d’écoutantes sur ces formations]].

Les violences contre les femmes représentent un fléau qu’il est
important de dénoncer et contre lequel il faut lutter. On le sait, quel
que soit le pays, les femmes, parce que femmes, subissent des
violences de toute nature. Cette violence s’exerce également chez
nous et se trouve exacerbée par plusieurs facteurs.

Nous vivons
en effet dans une société patriarcale où les hommes occupent une
position dominante.

De plus cette société connaît des mutations
extrêmement rapides, bouleversant les équilibres anciens.

Or il
n’existe aucun lieu de débat, permettant à la société de s’approprier
ces changements, changements angoissants notamment pour les
hommes mais également pour les femmes.

Les solutions recherchées,
comme le recours aux valeurs ancestrales ou religieuses,
au lieu de servir de socle et de racines pour construire une société
moderne et ouverte, se présentent comme des positions défensives,
multipliant les interdits. Il en résulte une violence accrue de
la société contre elle-même et en particulier contre les femmes.

Ce rapport, le troisième portant sur l’analyse des données recueillies
par le réseau, comporte une première partie fournissant des données
statistiques sur les violences dont sont victimes les femmes
qui se sont adressées au réseau.

Elle commence par un portrait statistique des victimes (âge, situation
matrimoniale, niveau scolaire, activité, résidence, type d’agression
et d’agresseur…), suivi d’un portrait plus succinct des agresseurs
et enfin d’une description statistique des formes d’agression
subies.

Une seconde partie sera consacrée aux violences subies par les
femmes célibataires. Elle sera élaborée à partir des récits de violence
recueillis au cours de l’année 2011…

Et deux annexes: proposition de loi, et évaluations des deux cycles de formation des écoutantes réalisés en 2011.

pour lire, cliquer sur le lien (…)


LES VIOLENCES CONTRE LES FEMMES EN ALGÉRIE
DEUXIÈMES RÉSULTATS – SEPTEMBRE 2010

extraits … / …

INTRODUCTION

Un réseau des centres d’écoute relevant des ONG s’est constitué en
2008 pour collationner en commun les cas de femmes victimes de violence
qui s’adressaient à eux. Initié par le CIDDEF et financé par l’UNIFEM, ce projet
a permis à la fois d’apporter un appui aux centres d’écoute, matériel et financier,
et surtout en terme de formation des écoutantes et de valoriser leur travail
d’écoute auprès des femmes victimes de violence .

Son objectif essentiel est de rassembler les cas de violences à l’égard des
femmes, de les faire connaître à un large public et de nourrir un plaidoyer en
direction des pouvoirs publics sur les mesures susceptibles de réduire les phénomènes
de violence contre les femmes ou celles permettant d’apporter aux
victimes le soutien nécessaire.

En juin 2009, les premiers résultats d’analyse des données du réseau ont
été publiés et présentés publiquement. Ils ne constituaient pas, loin s’en faut les
premières études sur le phénomène de la violence contre les femmes.

Celui-ci
a fait l’objet auparavant de plusieurs études menées d’abord au sein du milieu
associatif puis également dans le milieu institutionnel.

Pourtant la société a toujours tendance à minimiser le problème ou à s’en
construire une image très loin parfois de la réalité: «le danger est dehors, dans la rue»; «attention aux inconnus». La réalité est tout autre car toutes les études
le démontrent et la présente analyse des résultats du réseau le confirmera.

CRÉATION ET FONCTIONNEMENT DU

RÉSEAU DES CENTRES D’ ÉCOUTE

Les objectifs poursuivis par le projet initié par le CIDDEF sont d’informer et de sensibiliser
la société et les pouvoirs publics sur les violences à l’égard des femmes, avec
le souci de prévenir ces cas de violence et de soutenir les victimes, reposent sur le
travail d’écoute des centres et la mise en commun des données recueillies.

Aussi, afin d’atteindre les objectifs fixés, une série d’actions a été entreprise:

  • Mise en réseau des centres d’écoute associatifs;
  • élaboration d’une base de données et formation des écoutantes à son utilisation;
  • Animation du réseau;
  • Formation spécifique des écoutantes à l’écoute des femmes victimes de violence;
  • Analyse des cas de violence recueillis et diffusion des résultats…

pour lire le rapport de septembre 2010, cliquer sur le lien (…)


balsam_2010.jpg

LES CENTRES D’ÉCOUTE, DU RÉSEAU NATIONAL BALSAM, OFFRENT UN
CADRE DE PAROLE AUX FEMMES EN DIFFICULTÉ. LEUR MISSION EST DE
SOUTENIR ET AIDER LES FEMMES VICTIMES DE TOUT TYPE DE VIOLENCE.

Les Centres d’écoute assurent :

  • L‘écoute et l’orientation par téléphone.
  • Un soutien et un suivi psychologique.
  • Des conseils juridiques.

Les centres d’écoute soutiennent les femmes en détresse
avec des conseils sur le plan administratif et judiciaire : travail,
études, divorce, héritage, etc…

Les centres d’écoute téléphonique permettent une aide
à distance de n’importe quel point du territoire, ce moyen
garantit l’anonymat absolu et la liberté des appelantes.

Certains centres prennent en charge l’accueil, en consultation
directe des femmes qui s’y adressent.

Les psychologues des Centres d’écoute aident les femmes à
verbaliser et à avoir une image plus construite d’elles mêmes
et à rejeter la violence comme une fatalité.

Les juristes des Centres d’écoute guident les femmes
dans le domaine juridique et les informent de leurs droits.

Elles assurent la rédaction des requêtes et le suivi de la
procédure.

balsam_2010_2.jpg

LA VIOLENCE ENVERS LES FEMMES N’A PAS UNIQUEMENT DES
CONSÉQUENCES PSYCHOLOGIQUES, PHYSIQUES, ET SOCIALES TRÈS
DRAMATIQUES POUR LES FEMMES, ELLE ENTRAÎNE DES EFFETS TRÈS
SÉRIEUX ET DÉSTABILISANTS DANS LA SOCIÉTÉ ENTIÈRE.

TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LES FEMMES EST INACCEPTABLE!


haut de page


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.