HOMMAGE À UN PARCOURS MILITANT

Sous le bleu de Bab-El-Oued,

l’hommage à M’Hamed Rachedi,

« l’arabe » héros du printemps amazigh

par El Kadi Ihsane

HuffPost Algérie

le 25 avril 2015

m_hamed_rachedi_original.jpgM’Hamed Rachedi

M’hamed Rachedi était « l’arabe » héros du printemps amazigh. La fondation Bacha a exhumé son étincelant souvenir. Sous le bleu de Bab El Oued.

C’était une silhouette aérienne, une énergie explosive haranguant les assemblées générales étudiantes du printemps 1980. Un jeune homme d’un grand courage.

« Il savait qu’il en prendrait pour 20 ans incompressibles dans sa situation » a rappelé un de ses compagnons de lutte de cette période sur sa tombe ce samedi 25 avril, jour choisi par la fondation Bacha, grande figure du militantisme des années 80, pour faire le pèlerinage commémoratif du cimetière El Kettar à Alger.

M’hamed Rachedi, est né en mars 1955 d’une modeste famille de la basse Casbah. Il restera pour l’éternité le détenu arabophone parmi les 24 historiques de Berrouaghia, les animateurs du mouvement d’avril 1980 que le régime « débutant » de Chadli Bendjedid, voulait traduire devant la cour de sûreté de l’Etat.

« Ces interrogatoires à la sécurité militaire étaient particulièrement féroces ». Les barbouzes ne comprenaient pas ce qu’un non kabyle faisait là, à la pointe d’un mouvement pour la reconnaissance de tamazight.

M’hamed Rachedi ne s’est pas retrouvé par hasard dans cette galère. Il était militant clandestin du GCR , l’organisation de la gauche révolutionnaire – d’où le risque des 20 ans de prison sous le régime du parti unique – et l’un des leaders les plus actifs des campus d’Alger – avant 1980 – pour le droit des étudiants à s’organiser librement en dehors de la tutelle de l’UNJA, l’organisation de jeunesse du FLN.

Il a été, à la salle Ben Baatouche de la faculté centrale, lieu mythique du mouvement à Alger, l’un des meilleurs pédagogues du lien entre la reconnaissance de la pluralité linguistique et culturelle de l’Algérie et l’avancée des libertés démocratiques.

Tribun hors pair, M’hamed Rachedi était un cauchemar pour les RG de la DGSN. Après son intervention à la tribune, les actions du mouvement devenaient plus audacieuses, plus subtiles aussi.

Salarié puis élu syndical à l’ARDESS, ancêtre du CNEAP, (Le Centre National d’Etudes et d’Analyses pour la Population et le Développement), à la fin de son cursus de licence, Mhamed avait également une expérience du syndicalisme d’entreprise, qui a beaucoup servi, avant son arrestation, la coordination des comités étudiants autonomes d’Alger durant le printemps 1980.

m_hamed_rachedi_2original.jpg Mhamed Rachedi hommage

Une étoile filante

Face à la superbe crique de Bab El Oued, sur les pentes du cimetière d’El Kettar, un attroupement de quelques dizaines d’amis de M’hamed Rachedi a évoqué, ce samedi matin, le militant disparu en mars 1989 à quelques jours de son 35e anniversaire.

Une étoile filante du combat démocratique et social en Algérie. Après les épreuves de l’interrogatoire et de la prison, le reflux du mouvement les années suivantes, M’hamed a poursuivi son crédo sur la scène du monde. À partir de Paris.

Toujours engagé dans sa famille politique de la gauche révolutionnaire (LCR – Trotskyste), il a, comme en Algérie été de tous les combats. Celui du peuple palestinien était celui qui lui tenait le plus à cœur. Mhamed était l’homme au Keffieh. Elégance et fierté.
m_hamed_rachedi_3original.jpg Mhamed Rachedi
El Kettar, le 25 avril 2014, l’hommage à M’hamed Rachedi

Au cœur de l’attroupement, deux hommes, Mahmoud Rachedi, son frère cadet, porte-parole du PST, et Karim Bacha, frère cadet de Mustapha Bacha et co-fondateur de la fondation éponyme.

Mahmoud témoigne de ce moment de la dernière volonté où M’hamed, condamné sur son lit d’hôpital à Paris, chuchote son souhait de revenir voir la lumière d’Alger avant de partir.

Il a revu sa Casbah natale avant de s’adosser à son flanc d’El Kettar. Karim a rappelé combien il était important que la génération qui a animé les luttes démocratiques des années 80 transmette des repères aux jeunes d’aujourd’hui. M’hamed Rachedi, Mustapha Bacha et Salah Boukrif, les trois aujourd’hui disparus, étaient amis.

C’étaient, sans doute avec Arezki Ait Larbi, les figures les plus emblématiques du printemps amazigh à Alger.

La fondation Bacha[[voir Il s’est éteint un certain 8 août 1994
Il y a 19 ans, disparaissait Mustapha Bacha publié par la dépêche de Kabylie: « la résistance, c’est le pluralisme »: ]], récemment créée a décidé de leur rendre hommage à l’occasion de ce 35e anniversaire du 20 avril. Le travail de la transmission commence dans l’émotion.

sources Huffpost maghreb.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.