SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE GREC


NON À L’ULTIMATUM DES CRÉANCIERS, OUI À LA DÉMOCRATIE ! rassemblements: Paris, place de la Bastille, jeudi 2 juillet à 18h30 …


SOLIDARITÉ AVEC LE « NON » GREC – PÉTITION EUROPÉENNE: NON À AUSTÉRITÉ, OUI À LA DÉMOCRATIE!le 29 juin 2015altersummit.eu;


NOUS DISONS NON AU CHANTAGE ET AUX ULTIMATUMSCOMMUNIQUÉ DE SYRIZA PARIS – le 29 juin 2015;


UN RÉFÉRENDUM POUR REFUSER L’AUSTÉRITÉ!CADTM – ÉDITORIAL DU 29 JUIN 2015 ET DOSSIER GREC


APPEL POUR SOUTENIR LA GRÈCE QUI RÉSISTE ET SA COMMISSION POUR LA VÉRITÉ SUR SA DETTE PUBLIQUE -APPEL DU CADTMet – APPEL ARS INDUSTRIALIS repris par AREZKI DERGUINI, Enseignant chercheur, Faculté des Sciences économiques, Université Ferhat Abbas Sétif, député du Front des Forces Socialistes, Béjaia – le 29 juin 2015


SOLIDARITÉ ALGÉRIENNE AVEC LES LUTTES DU PEUPLE GRECsocialgerie – le 07 janvier 2015;


[

NON À L’ULTIMATUM DES CRÉANCIERS,

OUI À LA DÉMOCRATIE !->http://aveclesgrecs.com/2015/06/30/semaine-daction-non-a-lultimatum-des-creanciers-oui-a-la-democratie/]

rs.pngrassemblement organisé à Paris,

place de la Bastille,

jeudi 2 juillet à 18h30

calicot-5.jpgnombreuses manifestations organisées en

France dans les prochains jours.

haut


37162.hr.jpgSOLIDARITÉ AVEC LE « NON » GREC

PÉTITION EUROPÉENNE

NON À AUSTÉRITÉ, OUI À LA DÉMOCRATIE!

le 29 juin 2015

MERCI de signer et de faire signer, circuler partout où cela est possible cette PÉTITION EUROPÉENNE (voir texte ci-dessous)!

Nous voulons en faire une sorte de votation citoyenne européenne.

http://www.altersummit.eu/accueil/article/petition-non-a-l-austerite-oui-a?lang=en[1]

Cette initiative est le résultat d’une réunion de représentants de réseaux, mouvements, forces syndicales et politiques à Athènes samedi dernier, avec une délégation française nombreuse.

Maintenant gagnons des dizaines de milliers de voix venant de tous les pays européens qui disent:

Avec les Grecs, NON à l’ultimatum des créanciers, à l’austérité et oui à la démocratie.

Nous ne laisserons pas isoler, éjecter, étrangler la Grèce. En utilisant comme relais toutes les listes, les sites, les amis facebook…afin que un grand élan traverse l’Europe entière d’ici la fin de cette semaine et que cela se voie que les Grecs ne sont pas seuls!

Cette pétition est dispo en plusieurs langues: http://www.altersummit.eu/?lang=en

Cette votation citoyenne peut aussi prendre des formes visibles, symboliques: sur des places publics, dans des universités, dans les locaux des organisations, avec l’aide d’élus etc…merci de nous informer des initiatives, de veiller aux images etc…

Merci pour votre attention,

Elisabeth Gauthier espaces marx

PÉTITION

Non à l’austérité! Oui à la démocratie!
L’Europe est à la croisée des chemins. La Troïka ne cherche pas seulement à détruire la Grèce, elle s’en prend à nous tou.te.s. Il est grand temps de nous dresser contre le chantage des élites européennes. Dimanche prochain, le peuple grec a la possibilité de refuser l’austérité, et de choisir la voie de la dignité, dans l’espoir d’une autre Europe. En ce moment historique, chacun de nous doit prendre position.
Pour nous : C’est NON à l’austérité, à la réduction des pensions de retraites et à l’augmentation de la TVA, C’est NON à la pauvreté et aux privilèges C’est NON au chantage et au démantèlement des droits sociaux C’est NON à la peur et à la destruction de la démocratie.
Pour nous, c’est OUI à la dignité, à la souveraineté, à la démocratie, et à la solidarité avec les citoyen.ne.s grecs.
Il ne s’agit pas d’une histoire entre la Grèce et l’Europe, mais de deux visions de l’Europe : la nôtre, celle de la démocratie et de la solidarité, une Europe des peuples , sans frontières. Et la leur : celle du refus de la justice sociale et climatique, qui piétine la démocratie, qui s’attaque à la protection des plus vulnérables, et s’oppose à la taxation des riches.
VOICI le link pour voter en français :
Basta, Y’en a marre ! Une autre Europe est possible !
Lien vers la pétition
http://www.altersummit.eu/accueil/article/petition-non-a-l-austerite-oui-a?lang=en

Lien vers le site d’information et de solidarité Change4all :
http://www.change4all.eu/home.html

haut


1743448_629798867073600_1466599646_n.jpgCOMMUNIQUÉ DE SYRIZA PARIS

NOUS DISONS NON AU CHANTAGE ET AUX ULTIMATUMS

APPEL À SOUTENIR LE RÉFÉRENDUM GREC DU DIMANCHE 5 JUILLET

Un beau jour s’est levé au ciel de la Grèce.

Le Premier Ministre grec, Alexis Tsipras, a invité le peuple à décider souverainement de son avenir, par un référendum organisé le 5 juillet.

Il ne s’agit pas d’une histoire entre la Grèce et l’Europe, mais de deux visions de l’Europe.
La notre : celle de la démocratie et de la solidarité,
La leur : celle du refus de la justice sociale et du développement, qui piétine la démocratie, qui s’attaque à la protection des plus vulnérables, qui s’oppose à la taxation des riches et ignore les besoins écologiques

Le gouvernement grec a livré un rude combat dans des conditions d’asphyxie financière inouïes avec comme intention d’aboutir à un accord viable et mutuellement bénéfique avec ses partenaires.

Après cinq mois de négociations, les institutions en sont venues à poser un ultimatum qui contrevient aux principes de l’UE et sape la relance de l’économie grecque et la protection des conditions sociales.

La troika a bien décidée : le modèle unique néolibéral doit continuer en Grèce, comme dans tous les pays europeens. Tolérance zéro à la Démocratie.

Cinq mois de chantages de la part de la Troika , cinq ans de crise humanitaire, économique et financière, cinq ans de soumission aux diktats des créanciers, ça SUFFIT.

La dernière proposition des créanciers du 25 Juin était un ultimatum. Son contenu était inacceptable et pratiquement non-négociable. Il constituait une proposition désastreuse pour l’économie et humiliante pour le peuple grec. Une proposition accompagnée du chantage «The Game is Over» lancé par Donald Tusk à Alexis Tsipras. Le premier ministre grec lui avait répondu : «5 millions de personnes au chômage, 3 millions de pauvres et des milliers de familles sans revenus, vivotant grâce aux retraites des grands-parents, ne sont pas un jeu».

Les 18 ministres de l’Eurogroupe, ont piétiné une fois de plus la démocratie en Europe.

Hier le ministre grec des Finances Yannis Varoufakis a été exclu de l’Eurogroupe,

Hier, même, ils ont décidé de ne pas reconduire le programme de financement après le 30 juin. Ils ont refusé la proposition grecque de donner la possibilité au peuple de se prononcer au référendum sans menaces de banqueroute. Le Eurogroupe n’a eu aucune considération aux probabilités d’éventuelles conséquences pour la zone Euro.

Les élites politiques des 18 pays membres, Wolfgang Schaüble en tête, ne se sont même pas souciés des apparences démocratiques.

Ce serait vraiment un problème si les ministres des Finances étendaient le programme de l’ELA pour quelques jours de plus ? Ils seront confrontés et jugés par l’histoire et par leurs propres peuples.

Il est envident qu’ils s’efforcent de faire échouer l’unique gouvernement de gauche de l’UE.

Le moment est critique. La décision unanime du gouvernement grec est arrivée, décision de confier au peuple grec le choix entre soumission et souveraineté populaire, entre poursuite de la crise et effort de redressement économique et social.

Le peuple grec est appelé a dire :

NON aux diktats néolibéraux.

OUI au droit des peuples à décider de leur avenir.

NON à l’émigration de nos jeunes.

OUI aux efforts pour un avenir d’emploi, d’éducation et de perspectives ouvertes devant eux.

NON à une Union Européenne soumise aux appétits des créanciers.

OUI à la refondation de l’UE sur des bases de démocratie, de dignité, du droit au travail, de solidarité sociale et internationale.

Pour fonder une telle perspective le peuple grec se lèvera a la hauteur de son glorieux héritage historique, à la hauteur de ses sacrifices récents.

Nous sommes décidés de ne pas nous courber.

Nous invitons le peuple français, les partis de la gauche et tous les mouvements et associations à manifester leur solidarité avec le peuple grec et leur rejet des diktats de l’austérité.

NON aux chantages et aux ultimatums NON à la faillite sociale

NON aux mémoranda et à l’austérité

Pour la dignité et le bien-être des peuples européens

Pour une Europe démocratique , sociale et solidaire

Le Jeudi 2 juillet 18h30 à la Bastille nous disons

NON à l’ultimatum des créanciers,

OUI à la démocratie.

[

Syriza-fr.com

le 29 juin 2015

->http://syriza-fr.org/2015/06/29/communique-de-syriza-paris-nous-disons-non-au-chantage-et-aux-ultimatums/]

haut


arton11598-51ba3-2.jpg

UN RÉFÉRENDUM POUR REFUSER L’AUSTÉRITÉ!
CADTM – ÉDITORIAL DU 29 JUIN 2015 ET DOSSIER GREC

Alors qu’un accord entre le gouvernement grec et les créanciers contenant des concessions importantes du côté grec semblait proche en début de semaine passée, la situation déjà très tendue, devient encore plus compliquée pour la Grèce.

Aveuglées par leur conduite dogmatique, les « institutions » ont une fois de plus rejeté la proposition grecque, pourtant synonyme de nouveau programme d’austérité pour le pays.

Pendant la semaine écoulée, les pressions, menaces et diverses tentatives de déstabilisations politiques se sont multipliées envers le gouvernement grec, élu démocratiquement il y a à peine cinq mois.

Au pied du mur, Alexis Tsipras a proposé l’organisation d’un référendum le 5 juillet prochain. La population grecque pourra se prononcer sur la dernière proposition des créanciers au gouvernement grec.

Avoir enfoncé la Grèce dans une crise sans précédent, violant les traités et les droits humains fondamentaux semble ne pas suffire aux « institutions ».

Le CADTM international soutient la décision du gouvernement grec de convoquer un référendum et appelle à voter le 5 juillet « Non » aux exigences des créanciers.

Comme l’explique de manière brillante Patrick Saurin, les arguments juridiques et politiques pour suspendre unilatéralement le paiement de la dette et annuler cette dette illégitime sont nombreux. « Aujourd’hui, à quelques jours du référendum, le soutien international au peuple grec doit s’intensifier pour l’appuyer dans son refus du projet de la Troïka qui doit être remplacé par un programme alternatif, démocratique et au service de l’ensemble de la population.»

L’Appel de soutien pour la Commission d’audit de la dette grecque circule toujours, ce soutien s’avère crucial pour peser face aux créanciers et aux gardiens de l’ordre néolibéral. Continuez à le soutenir et à faire connaître cet appel.

À partir du lundi 29 juin, le CADTM va rendre public des documents confidentiels du FMI (rédigés en anglais) et publiera chapitre par chapitre le rapport d’audit en commençant par le chapitre final qui tombe à pic dans la situation présente.

_____

DOSSIER SPÉCIAL GRÈCE

3cd06872fd598eedbc7620aa2e0fa055.pngCinq mois après la victoire de Syriza aux élections législatives en Grèce, les créanciers n’ont cessé de mettre la pression sur le gouvernement. Les « institutions » cherchent inlassablement à imposer à la Grèce la poursuite des mémorandums, ceux-là mêmes qui ont mené la Grèce dans une crise humanitaire, sociale, économique et politique sans précédent. Le rapport intermédiaire de la Commission d’audit de la dette grecque, présenté les 17 et 18 juin, établit la dette grecque comme étant presque entièrement illégitime, illégale et odieuse. Face à l’inflexibilité des créanciers à chaque proposition du gouvernement grec, Alexis Tsipras a annoncé la tenue d’un référendum le 5 juillet sur le dernier plan soumis par les institutions.

LIRE LE DOSSIER

_____

7b24e6ad7e85b8064a4076870c26bf26.jpg
Les Grecs n’ont pas à payer une dette qui n’est pas la leurPatrick Saurin

De grandes institutions qui violent les règles élémentaires de droit, bafouent leurs propres (…)

Lire l’article

haut de page


APPEL DE AREZKI DERGUINI,

Enseignant chercheur, Faculté des Sciences économiques, Université Ferhat Abbas Sétif,

député du Front des Forces Socialistes, Béjaia

le 29 juin 2015

Cher(e)s collègues et ami(e)s

En ce mois sacré, il me paraît convenable de vous interpeller sur le sort d’un pays et d’une lutte qui vont problablement décider de l’avenir du capitalisme mondial : une plus grande soumission à la finance mondiale ou une mobilisation inédite des peuples du monde pour un respect de leur dignité.
SAHA FTOURKOUM pour les jeûneurs et bonne soirée pour tout le monde !

____

[

APPEL POUR SOUTENIR LA GRÈCE QUI RÉSISTE

ET SA COMMISSION POUR LA VÉRITÉ SUR SA DETTE PUBLIQUE

APPEL DU CADTM

Pour le droit des peuples d’auditer la dette publique.

->http://cadtm.org/Appel-pour-soutenir-la-Grece-qui]

le 4 mai 2015

Aux peuples d’Europe et du monde entier,

À toutes celles et à tous ceux qui rejettent les politiques d’austérité et n’acceptent pas de payer une dette publique qui nous étrangle et qui a été contractée sans nous et contre nous.

Lire la suite : ​http://cadtm.org/Appel-pour-soutenir-la-Grece-qui

___

pdf-3.jpgLA GRÈCE AU CŒUR DE L’EUROPE

APPEL ARS INDUSTRIALIS:

L’objectif des classes dirigeantes européennes est, non pas d’obliger à rembourser une dette dont tout le monde sait qu’elle ne peut l’être, qui n’a pour fonction que de drainer les fonds publics vers les banques, mais de contraindre le gouvernement d’Alexis Tsipras et de Syriza à la capitulation. Cela afin de pouvoir continuer à étrangler le peuple grec, condamné à mendier indéfiniment des prêts de plus en plus onéreux, et de faire la démonstration aux yeux de toute l’Europe qu’il est impossible de s’attaquer aux banques, de contester le pouvoir absolu des classes dirigeantes, d’ouvrir une alternative à l’austérité…

Après que le premier ministre grec Alexis Tsipras a appelé samedi son peuple à dire «un grand non à l’ultimatum » des créanciers de la Grèce lors du référendum qui aura lieu le 5 juillet, un appel de solidarité initié avec le philosophe Etienne Balibar est lancé. Il n’est pas en concurrence avec ceux déjà existants mais vise prioritairement le champ «culturel».

Le peuple grec n’a pas un problème avec l’Europe. Lui et nous avons un problème avec ce pouvoir « européen » qui asservit et détruit l’Europe !

Nous ne croyons pas que le peuple grec soit coupable du doublement de sa dette publique en moins de dix ans (1). Ni qu’il doive payer cette dette artificiellement gonflée du saccage de ses droits sociaux, du naufrage de sa démocratie.

Depuis des années les pouvoirs nationaux et supranationaux qui contrôlent l’Union Européenne lui infligent une austérité assortie de « réformes structurelles » qui ruinent son économie et l’enfoncent dans une misère croissante.

Aujourd’hui, le peuple grec dans un sursaut de dignité et de lucidité a donné une majorité électorale à une gauche radicale étrangère aux corruptions et aux compromissions d’hier, qui a formé un gouvernement dont le mandat est de repousser les diktats de la « Troïka » (FMI, BCE, Commission européenne) et d’appliquer une politique de rupture avec cette austérité criminelle.

L’objectif des classes dirigeantes européennes est, non pas d’obliger à rembourser une dette dont tout le monde sait qu’elle ne peut l’être, qui n’a pour fonction que de drainer les fonds publics vers les banques, mais de contraindre le gouvernement d’Alexis Tsipras et de Syriza à la capitulation. Cela afin de pouvoir continuer à étrangler le peuple grec, condamné à mendier indéfiniment des prêts de plus en plus onéreux, et de faire la démonstration aux yeux de toute l’Europe qu’il est impossible de s’attaquer aux banques, de contester le pouvoir absolu des classes dirigeantes, d’ouvrir une alternative à l’austérité…

Il est inacceptable que ceux qui prétendent parler « au nom de l’Europe » s’ingénient, en vue de briser le gouvernement que s’est donné le peuple grec, à empêcher celui-ci de tenir ses engagements les plus élémentaires. Jusqu’à oser, hier, lui « interdire » de mettre en œuvre des mesures humanitaires minimales en faveur des plus démunis (allocation logement, aide alimentaire, rétablissement de l’électricité) ! Aujourd’hui il exige de lui qu’il aggrave la baisse des retraites au dessous du seuil de pauvreté et augmente la TVA sur les produits de première nécessité. Et il s’affirme prêt à mettre en faillite le pays et à l’expulser de la zone euro, donc, à terme, de l’Union européenne, au risque de provoquer une crise aux conséquences imprévisibles.

Nous soutenons le peuple grec dans sa mobilisation et sa détermination pour faire reculer cette opération despotique et réactionnaire.

Le combat du peuple grec est celui de tous les démocrates et progressistes européens. Une éventuelle défaite, ce sont tous les peuples d’Europe qui en paieraient le prix. Une possible victoire, si limitée soit-elle encore, ce sont tous les peuples d’Europe qui en recueilleront les fruits.

Voilà pourquoi il faut que les forces qui en France et en Europe espèrent en un renouvellement de la démocratie répondent positivement aux appels de Syriza de construire une solidarité européenne autour de la Grèce et du peuple grec. Le référendum qui aura lieu le 5 juillet invite à renforcer d’urgence cette solidarité.

Au peuple grec nous disons que nous sommes à ses côtés. Parce que son combat est le nôtre.

(1) Cf. L’Appel pour soutenir la Grèce qui résiste et sa Commission pour la vérité sur la dette publique.

Signatures à lagreceaucoeur@orange.fr

Premiers signataires :
Antoine Artous, Etienne Balibar, Sophie Bessis, Jacques Bidet, Luc Boltanski, Gilles Bounoure, Marie-Pierre Bourcier, Claude Calame, Patrick Chamoiseau, Patrice Cohen Seat, Jean-Numa Ducange, Jean-Louis Fabiani, Michel Husson, Michael Löwy, Marie-José Malis, Jean-Louis Martinelli, Gus Massiah, Jean-Claude Petit, Philippe Pignarre, Michèle Riot-Sarcey, Pierre Salama, Denis Sieffert, Patrick Silberstein, Francis Sitel, Bernard Stiegler, Hervé Télémaque, Jacques Testart, Eleni Varikas, Pierre Zarka…

LIRE L’APPEL : http://www.arsindustrialis.org/la-gr%C3%A8ce-au-coeur-de-leurope

— 
DERGUINI Arezki
Enseignant chercheur, Faculté des Sciences économiques, Université Ferhat Abbas Sétif
député du Front des Forces Socialistes, Béjaia.

haut


pdf-3.jpg

SOLIDARITÉ ALGÉRIENNE AVEC SYRIZA POUR LE SUCCÈS DE SYRIZA ET DES LUTTES DU PEUPLE GREC CONTRE LE DÉSASTRE NÉOLIBÉRAL

le 7 janvier 2015

L’appel suivant a recueilli une trentaine de premières adhésions de personnalités du monde culturel, politique, universitaire, médiatique et associatif algérien.

Les signataires appellent à une large diffusion de cet appel contre les politiques d’austérité que les responsables de la crise économique aggravée cherchent à faire supporter aux peuples et aux couches les plus défavorisées.

Les nouvelles listes de signatures sont à envoyer à l’adresse électronique suivante :
adomichelak@gmail.com
Madame Akiki Papadomichelaki, cadre de SYRIZA
& Correspondante des quotidiens AVGHI et ISKRA, ainsi que de la radio TO KOKKINO

_____

Une importante bataille électorale et politique, aux enjeux nationaux et internationaux multiples, va s’ouvrir en Grèce avant et après le 25 janvier.

L’aggravation d’une politique d’austérité meurtrière ne concerne pas seulement le peuple grec qui rejette la politique de misère et de subordination nationale aux diktats de la « Troïka » (FMI, Commission de Bruxelles et Banque Centrale européenne). Les récentes évolutions économiques et géopolitiques mondiales et régionales confirment que des dégradations, encore pires, menacent les peuples s’ils ne s’opposent pas efficacement aux politiques qui tendent littéralement à les écraser.

Cette bataille touche aux intérêts vitaux communs des travailleurs, des sans-emploi, des peuples et des Etats tout autour de la Méditerranée. Menacés dans leur souveraineté et leurs intérêts légitimes par les menées hégémonistes de l’OTAN, ces peuples affrontent dans leur quotidien, les assauts, de plus en plus violents, du néolibéralisme mondial contre leur niveau de vie, leurs acquis sociaux, leurs droits et libertés démocratiques, leurs aspirations à la paix et à la sécurité.

Les forces mobilisées autour de SYRIZA, apportent à tous la preuve qu’il est non seulement nécessaire mais surtout possible de mettre en échec le pillage des ressources nationales et les chantages réactionnaires. Ces menées et pressions visent à faire supporter aux peuples les conséquences désastreuses de la crise structurelle du capitalisme financier néolibéral. Ce qui effraie le plus ce dernier qui prétend dicter le vote des citoyens contre leurs propres intérêts légitimes, c’est que les luttes animées par la gauche radicale grecque proposent un programme alternatif -sérieux, constructif et mobilisateur- au chaos destructeur des politiques d’AUSTERITE. Ce programme et ces luttes ouvrent de nouvelles perspectives aux peuples et à leurs résistances, en Europe et partout dans le monde.

Ces luttes sociales et politiques en Grèce méritent notre solidarité active, sous toutes formes d’initiatives possibles. Tout comme la résistance nationale des peuples dominés, particulièrement celle du peuple palestinien pour le droit à la reconnaissance internationale de son Etat, ainsi que les luttes pour le respect des droits et de la dignité des immigrés et des réfugiés partout dans le monde. Ceci commence par donner une information appropriée sur les enjeux de cette bataille, face aux méga-mensonges et pilonnages médiatiques.

Soyons aux côtés des forces de gauche en Grèce contre la paupérisation et l’hégémonisme. C’est ainsi servir la cause commune des peuples, y compris le peuple algérien, pour faire reculer l’oppression et l’exploitation.

Le 7 janvier 2015.


LES PREMIERS SIGNATAIRES

Mohammed HARBI. Historien du mouvement national ;
Sadek HADJERES. Ex-dirigeant communiste (1952-90) ;
Daho DJERBAL. Universitaire historien ;
Abdelkrim ELAIDI. Professeur universitaire ;
Lemnouer MERROUCHE. Historien ;
Abdelaziz SAOUDI. Journaliste (blog algerie.infos-saoudi) ;
Fateh AGRANE[[Nos excuses pour l’omission par erreur du nom de Fateh AGRANE, qui avait été parmi les premiers signataires de l’appel de Janvier dernier]]
Omar BENDERRA. Militant associatif ;
Amel Dahane FARDEHEB. Doctorante historienne ;
Aïssa KADRI. Professeur émérite ;
Messaoud BENYOUCEF, écrivain
Ahmed MAHI. Dr-ing. Ancien membre direction du PAGS ;
Hocine BELALLOUFI. Militant associatif et analyste géopolitique ;
Youcef TOUNSI. Consultant, écrivain ;
Farid CHERBAL. Maître de conférences et de recherche à l’USTHB ;
Noureddine SAADI. Universitaire et écrivain ;
Saci BELGAT. Universitaire et militant associatif ;
Arezki METREF. Ecrivain-journaliste ;
Aziz BENSADEK. Militant pour une alternative démocratique et sociale ;
Mustapha GHOBRINI. Militant MDS ;
Mohamed LOUNIS. Docteur en toxicologie, expert en santé-environnement ;
Khider LOUELH. Auteur et militant associatif ;
Boukkhalfa BENABDESSLAM. Docteur en médecine ;
Mokhtar CHAALAL. Ecrivain ;
Salah BOUDI. Militant associatif ;
Saïd BOUAMAMA. Sociologue, écrivain et militant associatif ;
Ahmed DAHMANI. Enseignant-chercheur ;
Madjid BENCHIKH. Professeur émérite en Droit, ancien Doyen de la Faculté de Droit, ancien président d’Amnesty International Algérie ;
Fernand GALLINARI. Universitaire et ingénieur de projet ;
Ali BENSAAD. Universitaire ;
HOURRIYA. Militante associative ;
Allal TEWFIQ. Militant associatif ;
Omar BOURABA. Militant associatif ACDA ;
Samir GHEZLAOUI. Doctorant en communication et Journaliste ;
Aziz CHOUAKI. Ecrivain, metteur en scène ;
Ali GUENOUN. Historien ;
Belaid ABANE. Professeur en médicine, écrivain ;
Azedine LATEB. Doctorant
Horri Djelloul Naceur, Dr en médecine, ancien membre de la direction du PAGS
Nadir Boumaza, professeur émérite des Universités

haut