GENÈVE – 28 ET 29 JANVIER -مؤتمر لقوى سورية في جنيف نهاية الشهر

syrian_conferencewp_banner-012.jpg

courrier adressé à socialgerie par un visiteur du site:

Comme tous les Algériens , je suis avec beaucoup de peine , mais aussi d’espoir, ce qui se passe en Syrie, la destruction d’un pays, et de notre mémoire commune ..

Je voulais vous signaler la tenue d’ une conférence internationale sur la Syrie organisée par les partis d’opposition syriens, le CCCND, dont le porte-parole est le Dr Manna.

Cette opposition est ignorée délibérément par les médias occidentaux et arabes.

Il me semble que c’est la seule porteuse d’espoir, d’une solution négociée, qui arrêterait la violence.

syrian_conferencewp_banner-012.jpg

الجاري للتعريف بالمعارضة الاخرى

SYRIAN INTERNATIONAL CONFERENCE FOR DEMOCRATIC SYRIA AND CIVILIAN STATE

لندن ـ ‘القدس العربي’ – احمد المصري

يعقد في مدينة جنيف نهاية الشهر الجاري المؤتمر الدولي السوري من أجل سورية ديمقراطية ودولة مدنية، يحضره 35 حزباً وجمعية سورية معارضة، هدفه تعزيز وتشجيع الحوار بين أطياف المعارضة والتعاون بينها، وبحث آثار ‘تهميش الحل السياسي والتهديدات التي تواجه مستقبل المشروع الديمقراطي’ في سورية.

وعلمت ‘القدس العربي’ من اللجنة الإعلامية للمؤتمر السوري الدولي ‘من أجل سورية ديمقراطية ودولة مدنية’، المزمع عقده يومي الاثنين والثلاثاء 28-29 كانون الثاني (يناير) الجاري في جنيف، أن قرابة مئة شخصية سورية أعربت عن رغبتها في المشاركة في هذا المؤتمر الذي يسعى للتأكيد على الأهداف الأساسية التي كانت وراء الحراك المعارض ضد النظام في بداية الانتفاضة السورية في آذار (مارس) 2011 وتم تهميشها لاحقا من قبل قوى عربية وغربية دعمت خطابا أكثر عنفية وأكثر تطرفا.

وأكدت اللجنة أن المؤتمر يأتي بعد مطالبة شخصيات ودول في الاتحاد الأوروبي بحملة تعريف بالمعارضة الديمقراطية المدنية وشجعت هذا المؤتمر، لكي يتعرف الغرب ومن جنيف العاصمة الأوربية للأمم المتحدة على أكثر من 35 حزبا سياسيا وهيئة شبابية وجمعية إنسانية تعمل في الميدان ضمن القيم الكبيرة للحماية المدنية والنضال السياسي والإغاثة الميدانية.

وقد عبرت اللجنة الإعلامية لـ’القدس العربي’ عن ضرورة ‘اسماع صوت من لم يعد لهم الصوت تحت ازيز الرصاص’، واضافت اللجنة ان المؤتمر يهدف الى ‘تعزيز وتشجيع حوار حقيقي بين أطياف المعارضة الديمقراطية السورية بمختلف تكويناتها الوطنية- المواطنية في حوار مفتوح حول نتائج العنف التي تشهده البلاد، ومترتبات تهميش الحل السياسي والمخاطر الطائفية المتصاعدة والولوج المنظم للمقاتلين الأجانب من كل حدب وصوب، ومستقبل المشروع الديمقراطي في ظل تغذية المشاريع الاستئصالية المتطرفة على حساب الطموحات المشروعة للشعب السوري من أجل سورية مدنية ديمقراطية’، وفق المنظمين.

ولا يخفي المنظمون رغبتهم في تعريف العالم بما يسمونه ‘المعارضة الأخرى، أي الصوت الديمقراطي الذي لا يخلط بين التراث السياسي الأحادي النظرة والاستئصالي بالغريزة، والمشروع الديمقراطي الذي حلم به الشباب السوري منذ الثامن عشر من مارس 2011 يوم سقطت أول قطرة دم من أجل الحرية والكرامة’.

ويرى منظمو المؤتمر أن ‘صورة الثورة السورية تشوهت كثيرا في المجتمع السوري والدولي، الثورة السلمية التي ردت على الرصاص بصدور عارية جرى نسيانها نتيجة الازدراء من قبل فريق السلاح أولا والسلاح ثانيا والسلاح أخيرا’.

ولا تخفي شخصيات كبيرة في المعارضة السورية، من المشاركين في المؤتمر، استياءهم الشديد من أن ‘الإعلام الغربي، المسيطر على تسعين بالمئة من الإعلام العالمي، والإعلام الخليجي المسيطر على ثلثي الإعلام العربي، قد دعما التسلح والجماعات المسلحة على اختلافها بما في ذلك التكفيريين الأجانب وتم تغييب القطب الديمقراطي المطالب بدولة مدنية عن سابق إصرار وتصميم، وجرى تقديم الثورة السورية على أنها من مذهب واحد وذات إيديولوجية دينية سياسية’.

ولن يكون المؤتمر مجرد إلقاء كلمات فحسب، كما يقول منظموه، بل سيشهد ‘محاولة إخراج مئة معارض ومعارضة من داخل سورية، من شخصيات إسلامية ديمقراطية معروفة ورموز ناصرية واشتراكية وشيوعية وليبرالية ومدافعين عن حقوق الإنسان وعاملين في الإغاثة والإسعاف للتعريف بالصوت الآخر الصامد في الداخل عبر تفاعل مع سوريين خارج البلاد مع شخصيات كبيرة عربية ودولية’.

وعن الجهة الممولة للمؤتمر، تنفي اللجنة الإعلامية حصول أي تمويل من قبل الاتحاد الأوروبي، وتقول ‘منظمات غير حكومية تقاسمت التكاليف الأساسية للمؤتمر من فندق وترجمة وطعام ونتقاسم مع المشاركين أعباء السفر ونشكر عددا من الشخصيات على تكفلهم بسفر غير القادر من حولهم لكي نثبت للعالم أن التعريف الأول للمدنية كمشروع مشاركة وتبرع وتطوع مازال في قلب السوريين، رغم الدمار المتعمد والإفقار المنهجي الذي يريد تحويل سورية من دولة فاشلة إلى دولة متسولة’.

وستحضر شخصيات عربية ودولية بارزة أعمال المؤتمر، ومنهم الدكتور نادر فرجاني مدير تقرير التنمية العربية الشهير والمناضل الإسلامي الديمقراطي ليث شبيلات والنقابي الاسكندنافي بنت أندرسن والمحامي النرويجي البارز شل بريغفيلد، ورئيس منظمة ‘شيربا’ وأهم محامي المحكمة الجنائية الدولية ويليام بوردون، والصحافي البريطاني البارز جوناثان ستيل، والرئيسة الفخرية لمجلس الشيوخ البلجيكي آن ماري ليزان.

في حين علم من الأسماء السورية المشاركة ميشيل كيلو، والاقتصادي الدكتور عارف دليلة والصحافي فايز سارة والشيخ رياض درار والحقوقي هيثم مناع ورئيس تيار بناء الدولة لؤي حسين ورئيس مركز دمشق للدراسات النظرية والحقوق المدنية ناصر الغزالي والمحامي رائد غنوم والمحامي رجاء الناصر، أيهم حداد، فائق حويجة، علي رحمون، ريم تركماني، عقاب أبو سويد، وعدد من الجامعيين والقيادات الحزبية ورجال الدين والدبلوماسيين العرب والغربيين.

احمد المصري 2013-01-04

MENACES DE GUERRE GÉNÉRALISÉE EN SYRIE!

Logpolex-2.jpg

Logpolex-2.jpg

LETTRE OUVERTE

AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

(décidée par l’assemblée générale du

Collectif communiste POLEX,

le 18 décembre 2012)

Monsieur le Président,

Le Collectif communiste POLEX (de France) est une association libre de toute attache partisane dont le but est de rassembler des femmes et des hommes divers par leurs affiliations et leurs analyses mais unis par un idéal: défendre la paix contre tous les bellicismes et le droit démocratique pour chaque peuple de choisir son destin, son gouvernement, ses lois sans aucune ingérence extérieure, quels qu’en soient les prétextes.

Ce fut l’idéal de Jaurès et de la Charte de l’ONU de 1948, celui des anticolonialistes et des pacifistes contre l’arme nucléaire. Il est toujours le nôtre.

Dans cette optique, nous dénonçons depuis plus d’un an par des articles et des communiqués successifs[SYRIEOPINIONS – DÉBATS – LA BATAILLE DE LA DÉSINFORMATION MÉDIATIQUE – socialgerie article 738#4 – le 23 février 2012: [NON AU CONSENSUS PRO-IMPÉRIALISTECommuniqué du Collectif communiste Polex – Paris – le 10 février 2012. ]] (y compris dans une précédente lettre qui vous a déjà été adressée) les ingérences extérieures qui nourrissent une guerre d’une férocité inouïe qui ravage la Syrie.

Contre les forces gouvernementales nationales les insurgés sont alimentés en armes, en logistique et en «djihadistes» islamistes venus de l’étranger, financés par des puissances pro-occidentales comme le Qatar, l’Arabie saoudite ou des pays de l’OTAN comme la Turquie ou d’autres.

Dans ce conflit, dont le peuple syrien martyrisé est l’enjeu et la victime d’intérêts régionaux et planétaires qui lui échappent, nous ne sommes les partisans inconditionnels d’aucun des protagonistes. Nous voudrions simplement éviter la destruction de la nation syrienne, menacée aujourd’hui de partition, de fascisme intégriste et de chaos dictatorial, et l’extension du désastre guerrier au-delà de cette région du monde. Après l’éventuelle réinsertion par la guerre de la Syrie dans la mouvance occidentale, sera-ce le tour de l’Iran, du Sahel[QUI SONT LES RESPONSABLES DE LA TRAGÉDIE MALIENNE? [COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF COMMUNISTE POLEX – le 12 avril 2012.]], de l’Algérie?

Il n’y a pas de solution militaire acceptable en Syrie. La seule issue est politique : c’est le retour à la paix civile par la négociation entre Syriens exclusivement, sur une base démocratique.

Le seul rôle acceptable pour la France est d’aider à cette solution au lieu de s’ingérer dans le conflit en prenant le parti des insurgés et en appelant à la disparition du gouvernement Assad. Aucun prétexte « humanitaire » ne peut le justifier, le choix des dirigeants syriens ne relève que des citoyens de ce pays.

C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Président, de répondre aux interrogations suivantes :

  • 1. Quand la république française va-t-elle, enfin, rompre avec l’attitude impérialiste et belliqueuse de votre prédécesseur, Nicolas Sarkozy?
  • 2. Quand la république française va-t-elle clairement condamner les soutiens extérieurs aux protagonistes et favoriser, de ce fait, le compromis politique entre Syriens au lieu de justifier les jusqu’auboutistes?
  • 3. Quand la république française va-t-elle enfin dénoncer l’apport en armes aux mercenaires intégristes par les monarques du Golfe, du Qatar et de l’Arabie saoudite, et l’instrumentalisation de terroristes avérés par des alliés des Etats –Unis ?
  • 4. Ces groupes « djihadistes » sont une peste raciste et fasciste qui s’étend au Maghreb, au Sahel et menacent la société française elle-même (affaire Merah). Jusqu’à quand les grands médias français, notamment ceux de service public, vont-ils continuer à propager leur seule version des évènements en Syrie?

Croyez, Monsieur le Président, à nos sentiments respectueux pour votre fonction et à notre attachement à la paix, à la laïcité et à la démocratie.

Avec l’espoir de recevoir une réponse argumentée à nos angoisses de citoyen(ne)s français(e)s devant les menaces de guerre.

Le Secrétariat du Collectif communiste POLEX.

7 rue des Jonquilles – 78260 ACHERES

contact.polex@orange.fr


les notes en bas de page sont de socialgerie


STOPPER LA GUERRE EN SYRIE: OUI À LA DÉMOCRATIE, NON À L’INTERVENTION ÉTRANGÈRE

pdf_img2353right-doc2352-4.jpg

Sadek HADJERES, ancien dirigeant communiste algérien (PCA-PAGS), approuve pleinement l’initiative et appelle à se joindre aux signataires de ce document

Lien direct pour signer :

http://www.peaceinsyria.org/support.php

Traduction en français :


Initiative internationale visant à arrêter la guerre en Syrie

Oui à la démocratie, non à l’intervention étrangère!

Nous, soussignés, qui faisons partie d’une société civile internationale de plus en plus préoccupée par l’effusion de sang terrible du peuple syrien, nous soutenons une initiative politique fondée sur les résultats d’une mission de recherche d’éléments factuels que certains de nos collègues ont engagée à Beyrouth et à Damas en septembre 2012.

Cette initiative consiste à faire appel à une délégation de personnalités de haut niveau ayant des renommées internationales pour se rendre en Syrie afin de discuter de la situation actuelle avec les principaux acteurs politiques et ouvrir la voie à une solution politique négociée du conflit armé en Syrie, qui menace gravement la paix du monde et de l’existence de la Syrie en tant que nation indépendante et souveraine.

Dans cette perspective, nous soutenons pleinement la déclaration suivante:

Tous les yeux sont actuellement braqués sur la guerre qui se déroule en Syrie et qui noie son peuple dans le sang. Nous sommes très préoccupés, pas seulement parce que le conflit a acquis une dangereuse dimension géopolitique. Le mouvement légitime, et au départ pacifique, du peuple syrien pour les droits démocratiques – à l’instar de leurs frères arabes – menace de dégénérer en une guerre civile sectaire avec une participation régionale et internationale massive.

Nous sommes conscients qu’aucune partie ne peut gagner une telle guerre d’usure dans un proche avenir, tant que la résistance des peuples syrien et arabe contre la domination occidentale et israélienne ainsi que contre les dictatures régionales est menacée et pourrait même éventuellement être détruite.

Afin de sauvegarder ces acquis et de poursuivre la lutte pour la démocratie, la justice sociale et l’auto-détermination du peuple, une solution politique du conflit au moyen d’un règlement négocié est indispensable. C’est seulement de cette manière que le sectarisme religieux peut être freiné, que l’intervention étrangère peut être évitée et que le mouvement de masse démocratique pourra prévaloir.

C’est pourquoi nous prenons l’initiative de favoriser une solution politique pour mettre fin à l’effusion de sang sur les critères suivants :

1.- Nous soutenons pleinement le début d’un processus politique qui devrait commencer par des négociations et un cessez-le-feu. Cela devrait aller de pair avec un processus de désescalade et la démilitarisation qui permettra au peuple syrien de recevoir l’aide dont ils ont un besoin urgent, et d’exprimer leur volonté pacifiquement, et par la suite dans les urnes.

2.- Étant donné que toute solution doit être fondée sur la volonté souveraine du peuple syrien, nous rejetons catégoriquement toute forme d’intervention militaire, d’où qu’elle vienne.

3.- Respecter le droit souverain à l’autodétermination implique le respect des droits démocratiques et sociaux de la grande majorité de la population.

Par conséquent, aucune force politique majeure ne devrait être exclue a priori.

Un règlement durable et pacifique du conflit doit être fondé sur un processus constitutionnel qui permette des élections libres, organisées par un gouvernement de transition à la suite des négociations.

4.- Puisque le conflit a connu une instrumentalisation croissante des affiliations sectaires, ce qui entrave l’unification politique du peuple sur une base démocratique, nous soutenons toutes les initiatives et tendances au sein des forces politiques et militaires existantes qui défendent la tolérance interconfessionnelle, sur la base de droits égaux pour tous les citoyens.

En signant cette déclaration, nous donnons notre plein appui à la délégation internationale qui se rendra en Syrie au début de l’année 2013, et nous espérons que cette initiative apportera une contribution significative à la paix dans la région.


Lien direct pour signer :

http://www.peaceinsyria.org/support.php


Lisez (en anglais, turc, espagnol…) sur :

http://www.peaceinsyria.org/mission.html


Les premiers signataires

Samir Amin, économiste né en Égypte, directeur du Troisième Forum mondial, Dakar, Sénégal

Etienne Balibar, philosophe, France

Ernesto Cardenal, poète, politicien Sandiniste et théologien de la libération, Nicaragua

Manolis Glezos, resistant contre l’occupation Nazie, Grèce

Annette Groth, députée Die Linke, Stuttgart, Allemagne

Margherita Hack, astrophysicienne, Italie

Eren Keskin, militant des droits humains et avocat, Istanbul, Turquie

Paul Larudee, Co-Fondateur du Mouvement Free Gaza, Mouvement Free Palestine, Marche globale à Jérusalem, USA

Gilberto López y Rivas, anthropologue social, Mexique

Mairead Maguire, Prix Nobel de la Paix, Irlande du Nord

Niema Movassat, députée Die Linke, Oberhausen, Allemagne

Norman Paech, professeur de droit international a l’université d’Hambourg, député pour Die Linke, Allemagne

Ignacio Ramonet, directeur du Monde Diplomatique édition espagnole, France

Hans von Sponeck, diplomate UN à la retraite et professeur d’université, Allemagne

Gianni Vattimo, philosophe, Italie


syrie.jpg


This initiative consists un calling a delegation of high-ranking personalities of the internatinal public to go to Syria with the aim of opening a national dialogue between the main political and social forces involved in the ongoing armed conflict to pave a way for a political solution.

English

العربية

Deutsch

Türkçe

Espagnol


LES DESSOUS GAZIERS DERRIÈRE LES AFFRONTEMENTS EN SYRIE

pdf_img2353right-doc2352-4.jpg


Deir-Ezzor-Petroleum-Company-_Syria-Oil_11.jpg

Syrie : prise de contrôle d’un champ pétrolier par les rebelles

Elisabeth Studer

Cqfd … Encore une fois le conflit qui sévit en Syrie aura une forte odeur de pétrole et de gaz …

Alors que le pays pourrait être l’enjeu d’une nouvelle guerre des pipelines et que le gisement de Leviathan pourrait bien être une des causes majeures des violences observés dans la région, c’est au tour des champs pétroliers syriens d’être directement attaqués.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a en effet indiqué dimanche que les rebelles syriens avaient pris le contrôle d’un champ pétrolier dans la province de Deir Ezzor.

Au terme de plusieurs jours de siège, les rebelles ont ainsi pris le contrôle du champ al-Ward, à l’est de la ville de Mayadine. Toujours selon l’OSDH, 40 militaires en charge de la surveillance de l’infrastructure auraient été tués, blessés ou faits prisonniers.

Autre élément notable : les rebelles se sont également emparés d’un char, de véhicules blindés et de munitions, leur prise leur permettant de renforcer leur défense face à l’artillerie et à l’aviation du de l’armée régulière.

En ce qui concerne le champ pétrolier lui-même, précisons que la région de Deir Ezzor, à la frontière de l’Irak, contient les plus importantes réserves énergétiques du pays, le champ d’al-Ward étant quant à lui l’un des plus grands de la province.

Mi-octobre, un groupe terroriste avait visé par engin explosif un gazoduc reliant Deir Ezzor à Palmyre ainsi qu’un oléoduc liant le champ al-Omar au champ al-Yatim dans le village de Maratt au nord de Deir Ezzor, l’incident provquant un incendie.

Un responsable appartenant au ministère du Pétrole avait alors déclaré à l’Agence Sana que la compagnie avait arrêté le pompage du gaz et du pétrole des jonctions concernées en vue d’éteindre l’incendie, ajoutant la réparation des lignes endommagées auraient lieu dans les prochains jours.

Rappelons que la production pétrolière de la Syrie – destinée principalement à la consommation interne – se chiffrait à 420.000 barils avant mars 2011, date à laquelle une révolte populaire a vu le jour, laquelle s’est transformée par la suite en conflit armé. Depuis, les quantités produites sont deux fois moindres.

Mais l’enjeu majeur pourrait bien être celui-là : Syrie, Iran et Irak ont signé en juillet 2011 un «mémorandum d’entente» pour la construction d’un gazoduc qui, d’ici 2016, devrait relier le gisement iranien de South Pars, le plus grand du monde, à la Syrie et à la Méditerranée. Plusieurs sociétés européennes devraient être associées à l’exploitation de ce « gazoduc islamique”.

Au final, la Syrie pourrait ainsi devenir un noeud de transit de couloirs énergétiques, offrant une alternative aux réseaux de gazoducs qui traversent la Turquie et à d’autres réseaux de pipelines …. contrôlés par les majors pétrolières US et européennes.

Le projet Iranien de gazoduc “gaz islamique” ou “Islamic Gas Pipeline ” d’un coût estimé à 10 Milliards de dollars devrait ainsi traverser l’Irak et la Syrie afin de proposer des livraisons de gaz liquéfié en Europe via les ports méditerranéens de Syrie. D’une longueur de 5.600 km, ses capacités pourraient permettre le transport de 35 Milliards de m³ de gaz par an.

À terme, le Liban, l’Iirak, la Jordanie et la Syrie pourront se raccorder à ce gazoduc. Chose qui déplaît fortement aux Etats-Unis et à leurs alliés occidentaux, qui veulent garder la main-mise sur ce gaz, leur “défaite” sur le projet parallèle du gazoduc Nabucco leur restant encore en travers de la gorge.

En juillet 2011, les analystes indiquaient d’ores et déjà que la signature de l’accord sur le « gazoduc islamiste » pouvait être vue comme un échec de la stratégie américaine d’isolement de la Syrie, et comme un geste d’indépendance du gouvernement irakien de Nouri al-Maliki, en place depuis décembre 2010, à quelques mois du retrait des dernières troupes américaines.

Elisabeth Studer


SYRIE : QUI EST AROUR, LE BOUCHER ?

arour-Syrie.jpg

Bahar Kimyongür (*)

D’abord, nos médias ont fait mine d’ignorer son existence. C’est qu’il faisait un peu tache d’huile sur leur joli tableau printanier.

Une fois que sa barbichette teinte au henné a inondé les écrans télé des pays du Golfe et les rues syriennes acquises à la rébellion, ces mêmes médias ont eu le culot de traiter ses détracteurs de propagandistes du régime de Damas.

Le quidam dont on parle? Adnane Arour, la Bête de l’apocalypse syrienne.

Originaire de Hama, Adnane Arour est un ancien soldat de l’armée syrienne. Il a été limogé, dit-on, pour une sombre histoire de viol.

Il s’engage ensuite dans l’insurrection anti-baathiste. Mais la répression le contraint à fuir le pays.

Durant son exil saoudien, il se recycle dans le takfirisme, un courant sunnite radical qui prône l’Inquisition contre tous les courants religieux non sunnites à commencer par les chiites et les alaouites considérés comme «pires que les Juifs».

À partir de 2006, il anime une émission sur Wissal TV où il exhorte les jeunes sunnites à aller égorger les hérétiques chiites et alaouites et à «s’occuper de leurs filles entre 14 et 16 ans».

C’est à croire que sa pieuse retraite en «terre sainte» n’a eu aucun effet sur ses pulsions perverses.

En Occident, certains s’étonnent aujourd’hui que la rébellion syrienne puisse faire preuve de tant de cruauté à l’encontre des forces loyalistes ou de simples citoyens qui ont le malheur d’appartenir à la mauvaise confession.

Depuis son célèbre appel à «hacher les alaouites» et à «donner leur chair aux chiens» en cas d’insoumission au califat qu’il prône, son nom décore les poubelles de nombreuses villes.

Mais sur les pentes du Djebel Zawiya, le «Peshawar» syrien, une zone montagneuse de la province d’Idlib réputée puritaine et réfractaire aux idées progressistes du panarabisme laïc, Arour fait des émules.

Officiellement, les commandants de l’ASL ne voulaient pas de cet énergumène.

Mais il y a quelques jours, Arour a été accueilli en véritable Pierre L’Ermite de cette armée prétendument libératrice.

Arour prononça même le discours inaugural du «Commandement central des conseils révolutionnaires syriens» fraîchement créé dans le Nord de la Syrie en présence de son fils Mohammed Arour lui aussi combattant de la rébellion unifiée.

Avec la verve qu’on lui connaît, Arour s’attaque aux opposants prêts à un cessez-le-feu avec l’armée syrienne, reprochant à ces mêmes militants d’être «plus dangereux que le régime».

À la veille de l’Aïd El Adha, il paraît donc difficile d’envisager le moindre apaisement avec un tel provocateur dans les rangs de la rébellion.

Etaient présents à cette grand-messe démocratique copieusement arrosée d’«Allah ou Akbar» le major de l’ALS Maher Al-Naimi et le lieutenant-colonel Amar Abdullah Al Wawi du Mouvement des officiers libres. Récemment blessé dans une attaque de la base aérienne d’Abou Al Duhur et soigné à Antakya, certaines sources avaient donné Al Wawi pour mort.

À noter aussi que dans son discours, Adnane Arour n’a pas manqué de remercier les Etats turc et jordanien avec une mention spéciale pour la dictature saoudienne: «Moi je sais tous les sacrifices consentis par l’Arabie saoudite» a-t-il confié.

Et de conclure par un vibrant remerciement adressé aux «hommes d’honneur du Qatar et du Liban».

En janvier de cette année, Arour s’était rendu en Libye. En direct de Tripoli, il avait félicité l’aviation de l’OTAN pour son travail de précision dans ses bombardements contre les villes et les quartiers fidèles à Mouammar Kadhafi.

Arour demande la même chose pour son pays. Message très vite reçu par le safari club de BHL qui rempile sur le front syrien aux côtés de ses frères d’armes Kouchner, Glucksmann, Bérès et Bettati (cf. Le Monde, Assez de dérobades, il faut intervenir en Syrie, 22 octobre 2012)

Le Grand Soir tant espéré par les démocrates syriens sincères mais naïfs aura été de courte durée.

Avec le retour d’Arour en Syrie, bonjour l’Apocalypse.


(*) Bahar Kimyongur est auteur de “Syriana, la conquête continue”, Ed. Couleur Livres & Investig’action, 2011 et porte-parole du Comité contre l’ingérence en Syrie (CIS)


Ci-dessous:

arour-Syrie.jpg

Photo 1 :

Arour avec les commandants de l’insurrection

à Idlib,

octobre 2012.


Tripoli_Qaeda_Arour.jpg

Photo 2 :

Manifestation de l’opposition syrienne organisée à Tripoli dans le Nord du Liban au printemps dernier.

On y voit les portraits d’Arour et de Ben Laden, deux figures emblématiques du takfirisme. Sous leur portrait est indiqué: «Nous sommes tous le cheikh Adnane Arour», «Nous sommes tous le cheikh Ben Laden»


QUI L’EMPORTERA EN SYRIE?

syrie_bell.jpg

Hocine Belalloufi

Mardi 24 Juillet 2012

La Nation

Cela fait plusieurs mois déjà que l’affrontement politique pour le pouvoir a pris en Syrie la forme quasi-exclusive d’un conflit armé. Les luttes de masse (rassemblements, manifestations, meetings…) ont été de plus en plus marginalisées alors que les grèves de salariés sont quasiment absentes ou n’ont aucune visibilité politique. L’analyse de la situation doit donc prioritairement prendre en considération l’action des forces armées en présence et la nature de leurs stratégies et de leurs tactiques.

syrie_bell.jpg

Syrie, le 10 mai. Damas après un attentat dans le quartier Sud de la capitale.

REUTERS/SANA

D’un côté se trouve l’armée nationale syrienne qui a connu des défections de soldats, sous-officiers et officiers, mais qui possède une puissance de feu redoutable et qui reste globalement fidèle au régime. Particulièrement dictatorial, ce dernier n’a pas réussi à s’appuyer sur une partie de la population en armes pour contrer ses ennemis. Il en est donc réduit à porter seul le poids principal de l’affrontement et à utiliser une armée classique pour faire face à une guérilla dont les membres se fondent dans le tissu urbain et la population civile.

La population, enjeu principal de la guerre

On se rappellera que la raison principale de l’échec de l’insurrection menée par l’islamisme armé algérien, dans les années 1990, a résidé dans l’armement d’une partie de la population civile (Groupes de Patriotes, Garde communale, groupes d’autodéfense…). Cette stratégie a permis de répondre à une guérilla disposant d’armes légères par des moyens équivalents et d’éviter ainsi de recourir aux armes lourdes qui occasionnent fatalement des dégâts collatéraux considérables dans le tissu urbain et dans la population. Au-delà de cet aspect strictement militaire, l’armement de la population a constitué la clef de la victoire sur l’islamisme qui n’a pas compris que l’objectif premier de la lutte armée réside dans la conquête politique de la population et non dans le fait de tuer un maximum d’ennemis et de détruire le plus d’ouvrages possibles (usines, institutions…).

Il n’est pas inutile, en ce cinquantième anniversaire de l’indépendance de notre pays, de se souvenir que les manifestations de décembre 1960 démontrèrent que le FLN avait politiquement gagné la partie face au colonialisme français en dépit du fait que l’armée d’occupation disposait d’un écrasant rapport de forces sur le terrain militaire à la suite de l’application du plan Challe, de l’installation des barrages électrifiés (Lignes Morice et Challe) pour étouffer les maquis de l’intérieur en les coupant des bases-arrières situées en Tunisie et au Maroc et de l’internement d’une grande partie de la population dans des camps de regroupement afin de l’isoler des combattants de l’ALN.

En prenant le risque, calculé pour lui, d’armer la population au milieu des années 1990, le pouvoir en Algérie répondait au besoin profond de nombreux citoyens de se protéger, eux et leurs familles. Il favorisait en même temps le basculement, dans le camp anti-islamiste, d’une grande partie de la population qui n’était pas forcément hostile, au départ, au projet porté par ce courant. Une telle stratégie devait forcément s’avérer gagnante dans la mesure où la guerre civile n’opposait plus seulement l’islamisme armé au pouvoir mais aussi l’islamisme armé à une partie croissante de la population.

Une telle stratégie ne pouvait toutefois être conçue que par des politiques qui avaient, directement ou indirectement, fait l’expérience de la guerre populaire de libération nationale. Elle ne pouvait être élaborée par les dirigeants d’une armée classique. Ce n’est pas un hasard si les anciens moudjahidine constitueront le fer de lance des divers groupes armés chargés de faire échec à l’insurrection islamiste. Aguerris militairement, disposant d’une parfaite maitrise du terrain, dotés d’une longue et réelle expérience politique et profondément insérés dans leurs quartiers ou villages, ces anciens moudjahidines joueront, en dépit de leur âge avancé, un rôle très important dans la mise en œuvre de la stratégie de contre-insurrection contre l’islamisme armé.

Une telle stratégie peut difficilement être conçue et, surtout, mise en œuvre par un régime de dictature militaire classique. Les régimes libyen et syrien qui terrorisaient leurs populations respectives pouvaient-ils prendre le risque d’armer ces dernières pour contrer l’insurrection ? Cela était peu probable et c’est pourquoi ils tablèrent sur les forces armées ou de police pour tenter d’écraser, en milieu urbain, leurs ennemis.

Mais une telle stratégie peut-elle venir à bout d’une insurrection qui se répand dans les villes et qui dispose d’un soutien militaire, matériel et financier fourni par les grandes puissances impérialistes (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne…), les régimes réactionnaires locaux (Arabie Saoudite, Qatar, Turquie) et le courant islamiste sunnite des Frères musulmans ou des Salafistes ? Une insurrection qui s’appuie sur une forte légion étrangère venue de Libye, d’Irak et du Liban ? La stratégie du régime syrien peut-elle être couronnée de succès alors même qu’il doit faire face à une démarche d’étranglement des puissances du G7 ? Le soutien de la Russie, de la Chine et de l’Iran s’avèrera-t-il suffisant pour contrer les sanctions ?

De la capacité du régime à résoudre cette équation dépendra l’issue du conflit. Des forces de l’opposition nationale réfractaires aux ingérences impérialistes peuvent-elles s’intégrer à une stratégie de résistance et de défense de l’Etat syrien ? Le pouvoir baasiste est-il prêt à faire des concessions suffisantes en matières politique et sociale pour favoriser l’implication concrète d’une grande partie de la population syrienne dont l’entrée dans le combat ferait définitivement basculer le rapport de forces politiques ? La réponse à ces questions déterminera le sort des armes.

La tactique de l’opposition armée ou la politique de la terre brûlée

Dans la lutte contre le régime de Damas, l’opposition basée à l’étranger – le Conseil national syrien (CNS) – a très vite privilégié l’option armée au point de refuser toute discussion avec le régime en vue de négocier les termes d’une transition politique. De même a-t-elle écarté de sa tactique la mobilisation politique de la population syrienne, l’organisation de grèves de travailleurs et de commerçants…

Ne disposant manifestement pas du soutien, pourtant revendiqué, de la population, les opposants à l’étranger qui représentent en réalité une opposition de l’étranger n’avaient qu’un seul objectif : créer une situation de chaos à l’intérieur afin de préparer la voie à une intervention militaire directe des forces de l’OTAN. Leur objectif n’a jamais été de construire un rapport de forces en organisant la population afin qu’elle puisse se défendre face aux forces de répression du régime. Le CNS n’est que le cheval de Troie au service des puissances impérialistes qui espéraient rééditer le scénario libyen en Syrie. La Russie et la Chine les en ont empêchés jusqu’ici.

Cette opposition qui dispose de moyens extraordinaires fournis par « les amis de la Syrie » n’accorde pas davantage d’intérêt à la population que le régime baasiste. Elle n’a aucune stratégie de conquête politique de la population dont elle ne favorise en aucun cas l’auto-organisation. Son but n’est pas de permettre au peuple syrien de s’organiser et de s’armer afin de lutter sur tous les terrains (militaire, mais aussi politique et social) et d’imposer enfin sa souveraineté politique. Elle refuse toute perspective de guerre populaire, forcément prolongée, car visant à gagner le peuple à son projet politique et à transformer le rapport de forces. Le seul objectif de cette opposition de l’étranger est d’accroître le chaos en vue de préparer le terrain à une offensive militaire étrangère. Elle provoque l’armée syrienne en espérant pousser celle-ci à réagir aveuglément, à utiliser la grosse artillerie, les blindés et les forces aériennes (hélicoptères…) pour réduire des quartiers entiers dont les insurgés se sont préalablement retirés. La population civile désarmée et abandonnée constitue alors la victime principale du conflit. Et le fossé ne peut que se creuser entre elle et l’armée qui ne peut éviter les bavures. Plus l’armée détruit les quartiers – elle seule dispose de la force de feu suffisante pour le faire – et plus elle prend le risque de perdre le soutien d’une population terrorisée qui ne songe qu’à fuir ou à se terrer.

Cette tactique cynique est systématiquement mise en œuvre par les insurgés syriens et, surtout, étrangers qui n’ont aucune attache avec le pays et sa population et qui se soucient peu des sacrifices et des pertes subies par cette dernière. Même si elle était couronnée de succès en finissant par provoquer la chute du régime d’El Assad, cette tactique ne mettrait pas fin au calvaire que vit le pays car les parties de la population qui refusent la soumission à l’étranger et les règlements de compte confessionnels poursuivraient la résistance. Le pays éclaterait. C’est peut-être cela que cherchent les impérialistes…

L’urgence de l’émergence d’une troisième force

Afin de sortir de cette dialectique infernale qui embrase et détruit lentement mais sûrement le pays tout entier ainsi que sa population, il faudrait qu’émerge une troisième force politique. Une force populaire, opposée au régime mais défendant sans concession aucune l’Etat syrien face à l’agression de l’impérialisme et de la réaction régionale (gouvernements du Golfe et de Turquie, partis islamistes et laïcs pro-américains et européens). Une force capable à ce titre de proposer un accord au régime en vue de défendre la souveraineté de l’Etat menacée par l’étranger en échange d’une ouverture politique démocratique et d’une amélioration de la situation sociale des couches défavorisées du pays pour faire échec aux plans du G7 et de l’OTAN.

Cette force existe potentiellement, de façon embryonnaire et, surtout, disséminée dans les différents courants d’opposition. De nombreuses coordinations locales proches du Comité de coordination national pour le changement démocratique (CCNCD), du Forum démocratique syrien (FDS) ou de la coalition Watan (créée en février dernier) sont opposées à toute ingérence étrangère et se prononcent pour la récupération du Golan occupé par Israël, soutiennent la lutte du peuple palestinien… Une partie de ces coordinations locales sont même membres du CNS alors même que celui-ci s’affiche de plus en plus ouvertement en faveur d’Israël et des puissances de l’OTAN !

Mais aucune force politique ne s’est révélée en mesure, jusqu’ici, de rassembler ces différentes forces locales dans un projet national anti-impérialiste, démocratique et social en vue de faire face au complot étranger et d’instaurer un régime basé sur l’expression libre de la souveraineté populaire. Certaines de ces coordinations pensent pouvoir refuser la « militarisation de la révolution » alors même que la guerre civile actuelle confirme que le pouvoir est au bout du fusil. Au lieu de tracer une perspective militaire subordonnée à un projet politique, elles refusent l’idée même de lutte armée et prônent de manière totalement naïve une issue pacifique ! D’autres assument le caractère armé du conflit, mais se placent à la remorque de l’opposition de l’étranger, celle de Washington, Paris, Londres, Ankara, Doha et Riad. Elles ne cherchent pas ou n’arrivent pas, là aussi, à tracer une perspective indépendante où l’incontournable lutte armée s’intègre à une stratégie plus vaste aux côtés des luttes politiques, syndicales…

Contrairement à la Libye où le régime de Kadhafi avait empêché l’émergence de forces politiques d’opposition, il existe en Syrie des partis et mouvements politiques de gauche à même de penser et de mettre en œuvre une telle stratégie. L’équilibre relatif des forces en présence – incapacité de l’opposition à renverser le pouvoir et incapacité du pouvoir à écraser l’insurrection alimentée par l’ingérence étrangère – risque de faire durer le conflit en dépit des prédictions de la propagande impérialiste qui ne cesse de clamer la fin prochaine du régime. Ce caractère prolongé du conflit peut être propice aux forces syriennes vraiment nationales et progressistes qui doivent le mettre à profit pour clarifier la perspective, définir une stratégie et une tactique et rassembler des forces pour les mettre en œuvre. Ce travail colossal se mènera dans les pires conditions qui soient, celles d’une guerre civile et d’une intervention étrangère qui ne dit pas son nom. Mais ces difficultés peuvent à l’inverse accélérer les prises de conscience et les reclassements à même de forger cette troisième voie. Il n’y a pas que des inconvénients à être sous le feu de l’ennemi. Les stratégies justes s’élaborent souvent dans l’action et sous l’effet de la nécessité.

OPERATION OTAN ET SYRIE

VOLTAIRE_regie_tvtv-bae80.jpg

Des États membres de l’OTAN et du CCG préparent un coup d’État et un génocide sectaire en Syrie.

Si vous voulez vous opposer à ces crimes, agissez dès maintenant: faites circuler cet article sur le Net et alertez vos élus

VOLTAIRE_regie_tvtv-bae80.jpg

URGENT

L’OTAN

PRÉPARE

UNE VASTE

OPÉRATION

D’INTOXICATION

par Thierry Meyssan

Dans quelques jours, peut-être dès vendredi 15 juin à midi, les Syriens qui voudront regarder les chaînes nationales verront celles-ci remplacées sur leurs écrans par des télévisions créées par la CIA.

Des images réalisées en studio montreront des massacres imputés au gouvernement, des manifestations populaires, des ministres et des généraux donnant leur démission, le président el-Assad prenant la fuite, les rebelles se rassemblant au cœur des grandes villes, et un nouveau gouvernement s’installant au palais présidentiel.

Cette opération, directement pilotée depuis Washington par Ben Rhodes, conseiller adjoint de sécurité nationale des États-Unis, vise à démoraliser les Syriens et à permettre un coup d’État. L’OTAN, qui se heurte au double veto de la Russie et de la Chine, parviendrait ainsi à conquérir la Syrie sans avoir à l’attaquer illégalement. Quel que soit le jugement que l’on porte sur les événements actuels en Syrie, un coup d’État mettrait fin à tout espoir de démocratisation.

Très officiellement, la Ligue arabe a demandé aux opérateurs satellitaires Arabsat et Nilesat de cesser la retransmission des médias syriens, publics et privés (Syria TV, Al-Ekbariya, Ad-Dounia, Cham TV etc.). Il existe un précédent, puisque la Ligue avait déjà œuvré à la censure de la télévision libyenne pour empêcher les dirigeants de la Jamahiriya de communiquer avec leur peuple. Il n’y a pas de réseau hertzien en Syrie où les télévisions sont exclusivement captées par satellite. Mais cette coupure ne laissera pas les écrans noirs.

En effet, cette décision publique n’est que la partie émergée de l’iceberg. Selon nos informations plusieurs réunions internationales ont été organisées cette semaine pour coordonner l’opération d’intoxication. Les deux premières, d’ordre technique, se sont tenues à Doha (Qatar), la troisième, politique, s’est tenue à Riyad (Arabie saoudite).

Une première réunion a rassemblé les officiers de guerre psychologique «embedded» dans quelques chaînes satellitaires, dont Al-Arabiya, Al-Jazeera, BBC, CNN, Fox, France 24, Future TV, MTV — On sait que depuis 1998 des officiers de l’United States Army’s Psychological Operations Unit (PSYOP) ont été incorporés dans la rédaction de CNN; depuis, cette pratique a été étendue par l’OTAN à d’autres stations stratégiques—. Ils ont rédigé à l’avance de fausses informations, selon un «storytelling» élaboré par l’équipe de Ben Rhodes à la Maison-Blanche. Une procédure de validation réciproque a été mise au point, chaque média devant citer les mensonges des autres pour les rendre crédibles aux yeux des téléspectateurs. Les participants ont également décidé de ne pas uniquement réquisitionner les chaînes de la CIA pour la Syrie et le Liban (Barada, Future TV, MTV, Orient News, Syria Chaab, Syria Alghad), mais aussi une quarantaine de chaînes religieuses wahhabites qui appelleront au massacre confessionnel au cri de «Les chrétiens à Beyrouth, les alaouites au tombeau!»

Le second meeting réunissait des ingénieurs et des réalisateurs pour planifier la fabrication d’images de fiction, mêlant une partie en studio à ciel ouvert et une partie d’images de synthèse. Des studios ont été aménagés durant les dernières semaines en Arabie saoudite pour reconstituer les deux palais présidentiels syriens et les principales places de Damas, Alep et Homs. Il existait déjà des studios de ce type à Doha, mais ils étaient insuffisants.

La troisième réunion regroupait le général James B. Smith, ambassadeur des États-Unis, un représentant du Royaume-Uni, et le prince Bandar Bin Sultan (que le président George Bush père désignait comme son fils adoptif, au point que la presse états-unienne l’a surnommé «Bandar Bush»). Il s’agissait de coordonner l’action des médias et celle de «l’Armée syrienne libre» dont les mercenaires du prince Bandar forment le gros des effectifs.

L’opération qui était en gestation depuis des mois a été précipitée par le Conseil de sécurité nationale des États-Unis après que le président Poutine ait notifié à la Maison-Blanche que la Russie s’opposerait par la force à toute intervention militaire illégale de l’OTAN en Syrie.

Cette opération comprend deux volets simultanés : d’une part déverser de fausses informations et d’autre part censurer toute possibilité d’y répondre.

Le fait d’interdire des TV satellitaires pour conduire une guerre n’est pas nouveau. Ainsi, sous la pression d’Israël, les États-Unis et l’Union européenne ont successivement interdit des chaînes libanaise, palestiniennes, irakiennes, libyennes, et iraniennes. Aucune censure n’a été effectuée envers des chaînes satellitaires provenant d’autres régions du monde.

La diffusion de fausses nouvelles, n’est pas non plus une première. Cependant, quatre pas significatifs ont été franchis dans l’art de la propagande au cours de la dernière décennie.

• En 1994, une station de musique pop, la Radio libre des Mille Collines (RTML) a donné le signal du génocide rwandais en appelant à «Tuer les cafards!».

• En 2001, l’OTAN a utilisé des médias pour imposer une interprétation des attentats du 11-Septembre et justifier les attaques de l’Afghanistan et de l’Irak. À l’époque déjà, c’est Ben Rhodes qui avait été chargé par l’administration Bush de rédiger le rapport de la Commission Kean/Hamilton sur les attentats.

• En 2002, la CIA a utilisé cinq chaînes, Televen, Globovision, Meridiano, ValeTV et CMT, pour faire accroire que des manifestations monstres avaient contraint le président élu du Venezuela, Hugo Chavez, à démissionner, alors qu’il venait d’être victime d’un coup d’État militaire.

• En 2011, France 24 faisait de facto office de ministère de l’Information du Conseil national libyen, avec qui il était lié par contrat. Lors de la bataille de Tripoli, l’OTAN a fait réaliser en studio et diffuser par Al-Jazeera et Al-Arabiya des images des rebelles libyens entrant sur la place centrale de la capitale, alors qu’ils étaient encore loin de la ville, de sorte que les habitants, persuadés que la guerre était perdue, cessèrent toute résistance.

Désormais, des médias ne se contentent plus de soutenir la guerre, ils la font.

droit_international.jpg

Ce dispositif viole des principes de base du droit international,

à commencer par l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme relatif au fait «de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit».

Surtout, il viole les résolutions de l’Assemblée générale des Nations-Unies, adoptées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour prévenir les guerres. Les résolutions 110, 381 et 819 interdisent «les obstacles au libre-échange des informations et des idées» (en l’occurrence la coupures des chaînes syriennes) et « la propagande de nature à provoquer ou encourager toute menace à la paix, rupture de la paix, ou tout acte d’agression».

En droit, la propagande de guerre est un crime contre la paix, le plus grave des crimes, puisqu’il rend possible les crimes de guerre et les génocides.

Thierry Meyssan

LIQUIDER LES « ÉTATS VOYOUS »

Frappées de plein fouet par une crise économique et sociale qui commence à prendre des allures de sérieuse crise politique, les grandes puissances occidentales redoublent d’agressivité dans le monde arabe.

Après avoir détruit la Libye, les impérialistes et leurs amis arabes du Golfe persique travaillent à la chute du régime syrien.

L’appétit venant en mangeant, ils réalisent un remake iranien du «coup de l’éventail», aussi grossier que l’original de 1827.

[…]

L’ IRRÉPARABLE PEUT-IL ÊTRE EMPÊCHÉ?

Se présentant tout à fait abusivement sous les traits de grands démocrates et se proclamant amis des peuples de la région du Grand Moyen-Orient, les Etats-Unis et l’UE entendent profiter de l’actuel «printemps arabe» pour préserver leurs intérêts économiques dans la région, sauver les «régimes amis», maquiller les anciennes «dictatures alliées» en démocraties contrôlées et liquider les régimes rebelles assimilés à des «États voyous» ainsi que les mouvements de résistance nationale amalgamés aux organisations terroristes créées, développées et soutenues par les Etats-Unis en Afghanistan et ailleurs dans le monde musulman.

Est-il possible de résister à ce rouleau compresseur?

En dépit des apparences, il convient de rappeler que les dominants ne sont pas intouchables et que les victimes ne sont pas impuissantes. Puissance économique et militaire sans précédent dans l’histoire de l’humanité, les Etats-Unis sont embourbés en Afghanistan et en Irak, face à des mouvements de résistance non gouvernementaux. Le recours de plus en plus systématique à la force et l’éparpillement des troupes que cela entraîne ne sont pas une preuve de force mais, au contraire, de faiblesse politique. La «Grande Amérique» ne convainc plus comme l’illustre la menace de véto à la demande de reconnaissance de l’Etat de Palestine à l’ONU présentée récemment par Mahmoud Abbas. Face à une crise économique qui n’épargne aucun pays aussi puissant soit-il, à une situation sociale qui se dégrade chaque jour davantage et qui tend à se transformer en crise politique (mouvement des indignés, multiplication des grèves générales…), le rêve américain ne brille plus. La tentation d’orienter le regard inquiet et de plus en plus accusateur des victimes américaines du néolibéralisme vers un danger extérieur sera de plus en plus prégnante. Washington risque de se lancer dans une fuite en avant préjudiciable à la paix dans le monde. L’échec d’Israël à écraser la résistance nationale libanaise illustre de son côté les limites de la toute puissance militaire face à la volonté populaire.

Les peuples de la région disposent donc d’atouts non négligeables mis en évidence lors du renversement des dictateurs Ben Ali et Moubarak pourtant alliés directs de Washington, Paris et Londres.

Au niveau des régimes, quelque chose de semblable au «front de la fermeté» du temps jadis s’est même provisoirement constituée au sein de la Ligue arabe pour contrer la requête saoudienne et qatarie de suspension de la Syrie de l’organisation des 22 Etats du monde arabe. Ce front se compose du Soudan, de l’Algérie, du Liban, du Yémen et de la Syrie.

Le problème est que ces différents gouvernements n’ont pas de stratégie alternative, de projet commun ni de volonté politique unifiée à opposer à celui des monarchies du Golfe et de leurs parrains étrangers. Leur alliance s’avère donc purement conjoncturelle et défensive. Surtout, les régimes qui composent ce «front de la fermeté» sont strictement incapables de mobiliser leurs peuples pour résister au diktat des grandes puissances. Les régimes qui tirent sur leur population, à l’instar de ceux de Kadhafi, El Assad et Saleh, sont historiquement condamnés. Des régimes qui appliquent docilement les potions néolibérales si coûteuses socialement n’ont plus d’avenir. Leur fin peut s’avérer proche ou au contraire plus éloignée, mais ils n’ont rien à proposer à leurs populations si ce n’est de finir sous les bombes de l’OTAN.

Pour toutes ces raisons, ceux qui dénoncent à juste titre l’agression militaire de la Libye par l’OTAN et les ingérences étrangères en Syrie pour appeler à soutenir ces régimes condamnés font fausse route. Les peuples se sont levés pour proclamer qu’ils n’entendent plus être gouvernés comme des sujets. Ils exigent l’émancipation politique, la justice sociale tout en se déclarant jaloux de la souveraineté nationale de leurs Etats. Mieux encore, ils affirment par leurs actes leur volonté de prendre la direction de la nation confrontée aux dangers des grandes puissances. Ils contestent aux dictatures la direction de la nation et de la résistance au diktat des grandes puissances. C’est dans le mouvement actuel de ces peuples que se forgeront les solutions du futur et que se consolideront des résistances efficientes. Il n’y a aucune garantie que cela fonctionne et aboutisse, mais il s’agit de la seule solution innovante, dynamique et mobilisatrice. C’est la seule porteuse d’espoir.

[…]

Pour lire l’article en entier, cliquer sur le lien …